Five Questions with Connie Crosby

05 Jan 2015 10:01 AM | Nicole Cork (Administrator)
 Connie Crosby

Connie Crosby

Crosby Group Consulting

Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

Before taking my MLS at the University of Toronto, I completed a BA Honours and an MA in English Literature at the University of Guelph. I had thought I would be working in a faculty of Arts library somewhere so decided the extra master’s degree was essential. Back in 1987 I started working on my master’s thesis which was on an odd topic: computer applications for the humanities. Desktop computers were just beginning and I was invited to do a master’s under a professor who was a leader in this area. I was also a teaching assistant for his first year English Lit class being taught partly online on a campus system called T-CoSy (for "teaching conferencing system").

I started working at the library at Stikeman Elliott in Toronto after finishing the MA, before applying to the University of Toronto for the library degree. My working in law libraries came about largely by luck. In the late 1980s the economy was in a down-turn and it was difficult to find work, but I was fortunate that Richard Dubéand Marla Sterritt agreed to take a chance on me as library clerk. Stikemans' was extremely supportive, allowing me to adjust my full-time work schedule in progressive roles so that I could pursue the degree part-time. I started as Reference Librarian when I still had a few courses to complete.

How has being involved in CALL helped you professionally?

I have grown up in CALL/ACBD, from baby reference librarian to law firm library manager to consultant. Posting to the CALL-L listserv was my training ground as a future law blogger. Speaking at CALL conferences--whether as question-asking audience member, moderator, or panelist--allowed me to gradually build confidence as a speaker. Serving on committees helped me understand the workings of the industry and the Association, and introduced me to so many colleagues from across the country and around the world. This network and inside vantage point were invaluable to me in my years as library manager at WeirFoulds LLP.

There are also so many watershed moments that made a difference to my career: when I was invited to give a poster session on blogging; when Ann Rae, then director of Bora Laskin Law Library at the University of Toronto, invited me to chair the program committee for the 2003 conference; and when I was invited to run for the Director position of the Executive Board come to mind.

The more I have been involved, the more benefit I have seen. I have gained invaluable experience and been privileged to work alongside so many amazing colleagues through CALL/ACBD.

What was your first job or your first library-related job?

I started working as a page in the adult section at the central branch of the Burlington Public Library when I was 15. I was fairly new to town, extremely shy, and pretty much lived in the library when I wasn't in school, so was excited when my friend Mary told me they had jobs available. We both applied, and much to my surprise, I got hired but she didn't. My biggest responsibility was shelving books. Little did I know I would be doing that for the next 28 years!

At some point the librarians at BPL managed to convince me this is what I was meant to do. All the while I was gradually given increasing responsibilities and special tasks. I started supervising other pages and then worked up to circulation assistant. I also had tasks in shelf reading, the acquisitions process (we had to have perfect handwriting for that), and was allowed to show library patrons how to use the new microfiche-based catalogue. I was always trying to usurp the librarians' role by showing patrons where books were on the shelves, so being given this particular task was exciting to me at the time.

What’s your greatest work or career-related challenge?

Adapting to stay relevant. Since I started in law libraries 25 years ago, things have been constantly changing! Adapting means paying attention to our industry and related areas, building relationships with colleagues and stakeholders, keeping up with technologies, and continually developing new skills.

And sitting on the CALL/ACBD Executive Board makes me acutely aware of this need for all of us. How can we, as a profession, adapt? What can we do, collectively, that will make a difference to how we are perceived? How can we show lawyers, students, paralegals, professors, judges and vendors that we can help them also adapt and stay relevant in the legal industry? What role does the Association play? These questions weigh heavily on my mind.

What is one thing people would be surprised to know about you?

I encourage others to be physically active--it is so good for our physical and mental health. I have been a serious student of Pilates for more than 18 years--it has allowed me to remain agile. Over the years I have also done step aerobics, kick boxing, tai chi, yoga, spinning and played basketball and softball. My current passions are walking and cycling.

Last year after the CALL conference in Montreal, Joan Rataic-Lang and I travelled to Spain. We walked the Camino, a 780 km pilgrimage route, an average of 26 km a day over a 6-week period, with all our belongings in our packs. This was both a physical and mental challenge, and I used it as a time to get off-line and be introspective. I was pleasantly surprised at how many pilgrims we met from around the world.

That gave me the courage to do something this year which has long been on my bucket list: the Friends for Life Bike Rally, cycling from Toronto to Montreal (660 km). It is a fundraiser supporting the Toronto People With AIDS Foundation which took place July 27th to August 1st, the 16th year for this event. It was my first time riding a high performance road bike and meant getting over some personal fears, a lot of training and a lot of advance preparation. It was a huge commitment, and I am proud to have both completed the ride and to have surpassed my fundraising goal. More than that, it introduced me to many new friends and connected me with an extremely caring and supportive community.

These were both incredible, life-changing experiences. I learned so much about focus, patience, perseverance, pushing my own personal limits, and the power of what a few individuals can build together. I hope to do the Bike Rally again next year, and have no doubt I will be on the Camino again.

Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

Avant de faire ma M. Bibl. à l’Université de Toronto, j’ai fait un baccalauréat avec distinction et une maîtrise en littérature anglaise à l’Université de Guelph. Comme je pensais que je travaillerais dans la bibliothèque d’une faculté des arts quelque part, je me suis dit que la maîtrise supplémentaire était essentielle. En 1987, j’ai commencé ma thèse de maîtrise, qui portait sur un sujet bizarre, soit les applications informatiques en sciences humaines. Les ordinateurs de bureau venaient tout juste de faire leur apparition et j’ai été invitée à faire une maîtrise sous la gouverne d’un professeur qui était une figure de proue dans ce  domaine. En outre, j’étais adjointe à l’enseignement dans le cadre de son cours de litt. anglaise de première année, qui était donné en partie en ligne sur un système du campus appelé T-CoSy (système de conférences en enseignement).

Après avoir terminé ma maîtrise, j’ai commencé à travailler à la bibliothèque de Stikeman Elliott de Toronto avant de présenter ma demande de grade de bibliothéconomie à l’Université de Toronto. C’est beaucoup la chance qui fait en sorte que j’ai travaillé dans des bibliothèques de droit. À la fin des années 1980, l’économie était au ralenti et il était difficile de trouver du travail. J’ai donc été chanceuse que Richard Dubé et Marlav Sterritt acceptent de me prendre comme commis de bibliothèque. Les gens de Stikeman m’ont offert un énorme soutien en me permettant de rajuster mon horaire de travail à temps plein en fonction de rôles progressifs, ce qui me permettait de poursuivre mes études à temps partiel. Lorsque j’ai commencé à exercer la fonction de bibliothécaire de référence, il me restait encore quelques cours à terminer.

En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

J’ai grandi à l’ACBD/CALL, passant de bibliothécaire de référence débutante à directrice de bibliothèque de société d’avocats, puis à conseillère. La publication d’articles dans la « listserv » de CALL-L a été mon terrain de formation à titre de future blogueuse en droit. Mes interventions aux conférences de l’ACDB – à titre de membre du public posant des questions, de modératrice ou de panéliste – m’ont permis de renforcer ma confiance à titre de conférencière. La participation aux activités de comités m’a permis de comprendre le fonctionnement de l’industrie et de l’association, et m’a permis de rencontrer un très grand nombre de collègues provenant de toutes les régions du pays et du globe. Ce réseau et cet angle privilégié m’ont été précieux dans mes fonctions de directrice de bibliothèque au sein de WeirFoulds LLP.

En outre, un très grand nombre de moments décisifs ont fait la différence dans ma carrière. Il m’en vient certains à l’esprit : l’invitation que j’ai reçue de présenter une séance d’affichage sur le blogage; l’invitation que m’a faite Ann Rae, qui était à l’époque directrice de la bibliothèque de droit Bora Laskin de I’Université de Toronto, de présider le comité du programme de la conférence de 2003; et l’invitation que j’ai reçue de me présenter au poste de directrice du comité exécutif.                                                                  

Plus je participais, plus je tirais des avantages de cette participation. J’ai eu le privilège de collaborer avec un grand nombre de collègues formidables grâce à l’ACBD/CALL et j’ai acquis une expérience inestimable grâce à ces personnes. 

Quel a été votre premier emploi, ou votre premier emploi dans le domaine de la bibliothéconomie?

J’ai commencé à travailler comme page dans la section Adultes de la succursale centrale de la bibliothèque publique de Burlington à l’âge de 15 ans. J’étais assez nouvelle en ville et très gênée, et je passais presque tout mon temps à la bibliothèque lorsque je n’étais pas à l’école. J’ai donc été ravie lorsque mon amie Mary m’a dit que des emplois été offerts à la bibliothèque. Nous avons présenté une demande toutes les deux et à ma grande surprise,  j’ai été engagée, mais pas Mary. Ma responsabilité la plus importante était de ranger les livres sur les étagères. J’étais loin de me douter que je ferais cela pendant les 28 années à venir!

À un certain moment, les bibliothécaires de la bibliothèque publique de Burlington ont réussi à me convaincre que ce travail était fait pour moi. Puis au fil du temps, on m’a progressivement confié des responsabilités plus importantes et des tâches spéciales. J’ai commencé à superviser les autres pages, puis suis devenue assistante aux prêts. J’exécutais aussi des tâches de révision de l'ordre des ouvrages sur les rayonset des tâches liées au processus des acquisitions (nous devions avoir une écriture parfaite pour cela), et on m’avait permis de montrer aux usagers de la bibliothèque comment utiliser le nouveau catalogue sur microfiches. J’essayais toujours de m’approprier le rôle de bibliothécaire en montrant aux usagers où se trouvaient les livres sur les étagères, et c’est pourquoi cette tâche particulière me plaisait autant à l’époque.

Quel est votre plus grand défi lié à votre travail ou votre carrière?

S’adapter pour demeurer d’actualité. Depuis que j’ai commencé à travailler dans les bibliothèques il y a 25 ans, les choses ont constamment évolué! S’adapter signifie prêter attention aux domaines de son industrie et aux domaines connexes, établir des relations avec les collègues et les intervenants, être à l’affût des technologies et constamment acquérir de nouvelles compétences.

Et le fait de siéger au comité exécutif de l’ACBD/CALL me sensibilise véritablement à ce besoin que nous avons tous. Comment pouvons­nous nous adapter comme membres d’une profession? Que pouvons­nous faire collectivement qui fait une différence dans la façon dont nous sommes perçus? Comment pouvons­nous montrer aux avocats, aux étudiants, aux enseignants, aux parajuristes, aux juges et aux fournisseurs que nous pouvons les aider à s’adapter également et à demeurer actuels au sein de l’industrie du droit? Quel est le rôle de l’association? Ces questions sont très importantes dans mon esprit.

Quelle est la chose que les gens seraient étonnés d’apprendre à votre sujet?

J’encourage les autres à être actifs sur le plan physique – cela est si important pour la santé physique et mentale. Je suis une élève Pilates sérieuse depuis plus de 18 ans, ce qui me permet de demeurer agile. Au fil des ans, j’ai également pratiqué la danse aérobique avec marche sur escaliers, le kick boxing, le tai chi, le yoga, le cardiovélo, le basketball et la balle molle. Mes passions du moment sont la marche et le vélo.

L’année dernière, après la conférence de l’ACBD tenue à Montréal, Joan Rataic­Langet et moi avons fait un voyage en Espagne. Nous avons parcouru le Camino, un circuit de pèlerinage de 780 km. Avec tous nos effets personnels dans nos sacs, nous avons parcouru 26 km par jour en moyenne, pendant six semaines. C’était un défi tant physique que mental, et cette période m’a permis de me mettre « hors ligne » et de m’adonner à l’introspection. J’ai été agréablement surprise du nombre de pèlerins que nous avons rencontrés, venus de partout dans le monde.

Ces gens m’ont donné le courage de faire quelque chose cette année, une chose qui figurait sur ma liste du cœur depuis longtemps : le Friends for Life Bike Rally, une randonnée à vélo de Toronto à Montréal (660 km). Il s’agit d’une activité de financement soutenant la Fondation des personnes de Toronto atteintes du sida, qui s’est déroulée du 27 juillet au 1er août. Cet événement a lieu depuis 16 ans. C’est la première fois que j’utilisais un vélo de route à grande performance; il m’a fallu surmonter quelques craintes personnelles, m’entraîner beaucoup et me préparer d’avance. C’était un énorme engagement et je suis fière d’avoir terminé la randonnée et d’avoir surpassé mon objectif de financement. Mais outre cela, ce défi m’a fait rencontrer un grand nombre de nouveaux amis et m’a mise en contact avec une communauté très dévouée et solidaire.

Ces deux expériences ont été incroyables et ont changé ma vie. J’en ai énormément appris sur la concentration, la patience, la persévérance, mes propres limites personnelles à repousser et le pouvoir de ce qu’un petit groupe de gens peuvent accomplir ensemble. J’espère refaire le rallye à vélo l’année prochaine et je ne doute pas de parcourir le Camino une fois de plus.  

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software