Five Questions with Kim Clarke

20 Apr 2015 10:02 AM | Nicole Cork (Administrator)
Kim Clarke

Kim Clarke

Head, Bennett Jones Law Library, University of Calgary

Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

I am a dual-degreed librarian, receiving my law degree from the University of Manitoba in 1989 and my MLIS from the University of Alberta in 1997.  I articled and practiced law with Thompson Dorfman Sweatman in Winnipeg until 1992, when I became a legal consultant with the Manitoba Law Reform Commission (MLRC).  My position with the MLRC was a contract position, funded by the Manitoba Law Foundation; unfortunately, the funding ended after three years.  Thankfully, I was given a year’s notice so I had time to plan my future.  I had worked at the Business Library at the University of Manitoba for four years and really enjoyed helping the business students with their research questions.  This experience, along with my enjoyment of researching legal issues at the MLRC, led me to consider getting my MLIS.  It was the best professional decision I have ever made.  I began my library science schooling knowing that I would combine my two degrees and become a law librarian.  I also felt from the beginning that academic law librarianship was the most appropriate for me, as I wanted to help students develop legal research skills and was interested in teaching.

How has being involved in CALL helped you professionally?

Let me count the ways!  Receiving the Diana M. Priestly Memorial Scholarship in 1996 provided me with needed financial assistance to complete my degree.  More recently, CALL/ACBD supported me financially with the Eunice Beeson Memorial Travel Fund to attend the last-ever Joint Study Institute in Melbourne, which allowed me to learn more about Australian laws.  Actively participating on committees, co-editing the review section of Canadian Law Library Review, and speaking on panels at the annual meeting have provided me with opportunities for growth and skill development and have allowed me to feel that I am contributing to my profession. 

But I would say the more impactful way CALL/ACBD has helped me professionally is by providing me with the opportunities to develop strong working relationships, and even friendships, with colleagues from across the country.  Meeting people at the annual meetings and working with them on committees are just two ways that CALL/ACBD has facilitated this.  I didn’t need to network for career advancement purposes as I was already a library director when I became actively involved in the association but benefit from these relationships in so many other ways.  I have contacted colleagues for assistance on reference questions, explanations of policies and procedures, perspectives on vendor relations, and even for restaurant suggestions!  I value the knowledge that my colleagues will be there to answer any questions I have or to share their thoughts/experiences with me.  Our profession, and our libraries, benefit from the collegial atmosphere we have in CALL/ACBD.

What’s your greatest work or career-related challenge?

While in library school, I was immediately challenged with the reality of the employment market – there were no academic law library jobs in Canada in 1997.  I recognized that I would need to leave the country in order to find work in my chosen profession.  What started out to be a professional challenge turned out to be a blessing as I was provided with professional opportunities in the United States that I might not have had in the smaller Canadian law libraries.  But in many ways that was more of a personal challenge than a work-related challenge.  I would say my greatest work-related challenge was, and continues to be, devising ways of helping students develop and retain effective practical legal research skills.  We, of course, teach the students advanced skills and knowledge in Advanced Legal Research courses, but how can we ensure (or at least increase the likelihood) that these will become lifelong abilities?  And how do we help those students who do not take Advanced Legal Research to develop enhanced research skills?  While I have implemented many tools to assist in meeting this challenge, I truly believe the challenge will always remain – that I will always be seeking new and better ways of meeting it.

What was your first job or your first library-related job?

I think I was always meant to work in a library.  My first library job – or volunteer position, I should say – was at my hometown’s one-room public library while in junior high.  That aside, I was fortunate to obtain a wide range of library experiences prior to graduating with my MLIS.  I worked at the business libraries at both the University of Manitoba and University of Alberta, at the Edmonton Journal’s library (indexing their articles for a newspaper database), and working weekends at the reference desk at the Northern Alberta Institution of Technology.  In my second year of library school, I was also asked to teach the Introduction to Legal Research course at the University of Alberta.  All these experiences laid the foundation for my first job as a law librarian, which was at The Ohio State University’s Moritz Law Library.  I was their Electronic Services Librarian, providing reference services, overseeing the classrooms’ instructional technologies, and teaching Introduction to Legal Research.  Within two years, I was presented with the opportunity to become their Acquisitions and Collection Development Librarian, overseeing the acquisitions and binding staff members, selecting materials for the collection, and negotiating licensing agreements. That was the start of my administrative roles.

What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry?

My advice to anyone interested in joining the legal information industry is to take time to consider the type of position you want.  There are many diverse legal information positions so explore your options prior to deciding on a job path.  Speak to people who are currently performing the type of work you are interested in to find out exactly what they do.  Ask them questions about the best/exciting and worst/boring parts of their job to determine if that is what you want to do for the rest of your life – or at least for the next few years.  And … if you don’t enjoy the position after you have started, try another position.  Speaking as someone who completely changed careers in her mid-30s, life is too short to stay in a position that you are not enjoying.

Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

Je suis une bibliothécaire titulaire de deux diplômes; j’ai obtenu mon diplôme de droit de l’Université du Manitoba en 1989 et une maîtrise en bibliothéconomie et en science de l’information (MBSI) de l’Université de l’Alberta en 1997. J’ai fait un stage et j’ai exercé le droit au sein du cabinet Thompson Dorfman Sweatman à Winnipeg jusqu’en 1992, lorsque je suis devenue conseillère juridique auprès de la Commission manitobaine de réforme du droit (CMRD). Il s’agissait d’un poste contractuel financé par la Fondation manitobaine du droit; malheureusement, le financement a pris fin après trois ans. Heureusement, on m’a donné un préavis d’un an; j’ai donc eu le temps de planifier mon avenir. J’ai travaillé pendant quatre ans à la bibliothèque de commerce de l’Université du Manitoba, et j’ai vraiment aimé aider les étudiants en commerce avec leurs questions de recherche. Cette expérience et le fait que j’aimais la recherche liée aux questions juridiques au sein de la CMRD m’ont amenée à envisager d’obtenir une MBSI. Ce fut la meilleure décision professionnelle que j’aie jamais prise. J’ai entrepris mes études de bibliothéconomie en sachant que je combinerais mes deux diplômes et que je deviendrais bibliothécaire de droit. En outre, je savais dès le début que le domaine de la bibliothéconomie juridique en milieu universitaire me convenait le mieux, car je voulais aider les étudiants à acquérir des compétences en matière de recherche juridique et j’étais intéressée par l’enseignement.

En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

De bien des façons! La bourse commémorative Diana M. Priestly, qui m’a été octroyée en 1996, m’a fourni l’aide financière nécessaire pour terminer mes études. Plus récemment, l’ACBD/CALL m’a appuyée financièrement au moyen du Fonds commémoratif de voyage Eunice Beeson, qui m’a permis de participer au tout dernier institut d’étude conjointe à Melbourne, et ainsi de me familiariser davantage avec les lois australiennes. Ma participation active aux travaux de comités, ma collaboration à l’édition de la section consacrée à l’examen de la conjoncture de la Revue canadienne des bibliothèques de droit et mon intervention au sein de groupes d’experts dans le cadre de l’assemblée annuelle m’ont offert des possibilités de croissance et de perfectionnement professionnel, et m’ont permis d’avoir le sentiment de contribuer à ma profession. 

Cependant, je dirais que la manière la plus concrète dont l’ACBD/CALL m’a aidée sur le plan professionnel est en m’offrant des possibilités d’établir des relations de travail, voire d’amitié, solides avec mes collègues de partout au pays. Les rencontres avec les gens dans le cadre des assemblées annuelles et la collaboration avec eux au sein de comités constituent deux exemples seulement de la manière dont l’ACBD/CALL a facilité l’établissement de ces relations. Je n’ai pas eu besoin de faire du réseautage pour progresser sur le plan professionnel, puisque j’étais déjà directrice d’une bibliothèque lorsque je suis devenue active au sein de l’association; cependant, je profite de ces relations de nombreuses façons. J’ai communiqué avec des collègues pour obtenir leur aide au sujet de questions de référence, des explications concernant des politiques et des procédures, des points de vue en matière de relations avec les fournisseurs, et même des suggestions de restaurants! Je valorise le fait de savoir que mes collègues seront là pour répondre à mes questions ou pour partager leurs idées et leurs expériences avec moi. Notre profession, de même que nos bibliothèques, bénéficie du climat de collégialité que nous avons à l’ACBD/CALL.

Quel est votre plus grand défi lié à votre travail ou votre carrière?

Pendant mes études à l’école de bibliothéconomie, je me suis vite heurtée à la réalité du marché du travail – il n’y avait pas d’emplois de bibliothécaire de droit en milieu universitaire au Canada en 1997. J’ai compris que je devrais quitter le pays pour trouver du travail dans la profession de mon choix. Ce qui était initialement un défi professionnel s’est révélé être une bénédiction, puisque j’ai eu accès, aux États-Unis, à des débouchés qui ne m’auraient peut-être pas été offerts au sein des petites bibliothèques de droit canadiennes. Toutefois, à bien des égards, il s’agissait d’un défi personnel plutôt que d’un défi lié au travail. Je dirais que mon plus grand défi lié à mon travail était, et demeure de trouver des façons d’aider les étudiants à acquérir et à conserver des compétences pratiques en matière de recherche juridique. Évidemment, nous transmettons aux étudiants des compétences et des connaissances de pointe dans le cadre de cours de recherche juridique avancée; toutefois, comment pouvons‑nous nous assurer (ou du moins, accroître la probabilité) qu’ils conservent ces compétences tout au long de leur vie? Et comment pouvons-nous aider les étudiants qui ne suivent pas le cours de recherche juridique avancée à acquérir des compétences accrues en matière de recherche? Bien que j’aie mis en œuvre de nombreux outils pour nous aider à relever ce défi, je crois sincèrement que celui-ci persistera toujours, et que je chercherai toujours des manières nouvelles et plus efficaces de le relever.

Quel a été votre premier emploi, ou votre premier emploi dans le domaine de la bibliothéconomie?

Je crois que j’ai toujours été faite pour travailler dans une bibliothèque. Mon premier emploi au sein d’une bibliothèque – ou poste bénévole, devrais-je dire – était à la bibliothèque publique d’une seule pièce de ma ville natale pendant mes études secondaires de premier cycle. En outre, j’ai eu la chance d’acquérir une expérience très variée dans le secteur des bibliothèques avant de terminer mes études de MBSI. J’ai travaillé dans les bibliothèques de commerce de l’Université du Manitoba et de l’Université de l’Alberta, à la bibliothèque de l’Edmonton Journal (où j’indexais les articles pour une base de données du journal) et en travaillant les fins de semaine au service de référence de l’Institut de technologie du Nord de l’Alberta. En outre, pendant ma deuxième année à l’école de bibliothéconomie, on m’a demandé d’enseigner le cours d’initiation à la recherche juridique à l’Université de l’Alberta. Ces expériences ont jeté les bases de mon premier emploi en tant que bibliothécaire de droit à la bibliothèque de droit Moritz de l’Université d’État de l’Ohio. J’étais la bibliothécaire spécialisée dans les services électroniques, et j’offrais des services de référence, je supervisais les technologies éducatives en classe et j’enseignais un cours d’initiation à la recherche juridique. Dans les deux ans qui ont suivi, on m’a offert la possibilité de devenir la bibliothécaire responsable des acquisitions et du développement des collections, supervisant les membres du personnel affecté aux acquisitions et à la reliure, sélectionnant les documents pour la collection et négociant les contrats de licences. Ce fut là le début de mes fonctions administratives.

Quel conseil offririez-vous à une personne qui cherche à percer dans le secteur de l’information juridique?

Je conseillerais aux personnes qui souhaitent s’intégrer au secteur de l’information juridique de prendre le temps de réfléchir au type de poste qu’elles recherchent. Il existe de nombreux types d’emplois liés à l’information juridique, alors étudiez vos options avant de choisir un cheminement de carrière. Discutez avec des gens qui effectuent actuellement le type de travail qui vous intéresse afin de connaître leurs fonctions précises. Posez-leur des questions au sujet des aspects les plus intéressants et des aspects les ennuyeux de leur travail, afin de déterminer s’il s’agit du genre d’emploi que vous voulez exercer jusqu’à la fin de votre carrière, ou du moins pendant les prochaines années. Et si vous n’aimez pas votre travail après avoir commencé, essayez autre chose. J’ai moi-même changé complètement de carrière à la mi-trentaine, et je sais que la vie est trop courte pour continuer d’occuper un emploi qui ne nous plaît pas.

Please send comments or questions to - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software