Five Questions with Mark Lewis

21 May 2015 10:48 AM | Nicole Cork (Administrator)



Mark Lewis

Reference/IT Librarian
Sir James Dunn Law Library, Dalhousie University


Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

I obtained my BA (Honours) Political Science & History from the University of New Brunswick.   Prior to finishing that degree, I was an exchange student at Bilkent University in Ankara, Turkey  (one of the best experiences of my life).  I obtained my MLIS from Dalhousie University and, later, a Graduate Diploma in Public Administration as well.  Sometime in the mix there, I started down the road of studying near and Middle Eastern civilizations but veered from there to the MLIS.  

My interest in the legal information industry came from work I did with the New Brunswick Legislative Library as a student and post-MLIS. When it came time to look for permanent work, I was looking for a gov docs/legal information type of position.  After some months and a couple of short-term contracts, I was lucky enough to get two offers at once (when it rains it pours), one to go stateside and one here in Canada.  By virtue of this being the Canadian Association of Law Libraries, you can guess which path I took.

 

How has being involved in CALL helped you professionally?

It has helped me tremendously, from being sponsored for the Northern Exposure to Leadership Institute, to scholarship assistance to further my education, to access to continuing professional development, as well as the ability to consult with a vast network of colleagues.  I cannot imagine my career without the assistance of CALL.   Now that I am mid-career, I hope to be able to give back a bit while also continuing to take advantage of further opportunities that arise to enhance my career through CALL/ACBD. 

Who is your favourite library professional—living or dead, real or fictional?

Maester Aemon.  He could have been king but made the considered decision to remain an information professional!

What is one thing that’s surprised you about the legal information profession?

The ongoing development of the profession and the need to "keep up" never stops.  Many people, upon learning that you work in a library, say something to the effect that it must be a nice, "calm" existence.  I've found it to be quite the opposite.  In this day and age, the landscape is constantly shifting and staying on top of those developments is a daily challenge. 

What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry?

If being in the legal information industry is your goal, don't limit yourself by geography. Watch for the dominoes to fall.  There may be a stretch with few opportunities but then one person will move to another position and a domino effect will start—watch for it.  One piece of advice to anyone looking for work in the industry is not to be afraid of taking a contract to build up experience and contacts.  Lastly, don't limit yourself by the traditional notion of a librarian. I prefer to think of us as information ninjas. Look for a legal information ninja position, and don't be afraid to point out to management types that what they really need is someone with the skill set that you happen to possess.

Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégré au secteur de l’information juridique.

J’ai obtenu un B.A. (avec distinction) en science politique et histoire de l’Université du Nouveau-Brunswick. Avant d’obtenir ce diplôme, j’ai participé à un programme d’échanges d’étudiants à l’Université Bilkent à Ankara, en Turquie (l’une des meilleures expériences de ma vie). J’ai obtenu une MBSI de l’Université de Dalhousie puis, plus tard, un diplôme d’études supérieures en administration publique. Quelque part dans tout cela, j’ai commencé à étudier les civilisations du Proche-Orient et du Moyen‑Orient, mais je me suis plutôt dirigé vers la MBSI.  

Mon intérêt pour le secteur de l’information juridique découle du travail que j’ai effectué à la bibliothèque de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, pendant mes études et après l’obtention de ma MBSI. Lorsqu’est venu le temps de chercher un emploi permanent, je recherchais un poste dans le domaine des documents gouvernementaux et de l’information juridique. Après quelques mois et deux ou trois contrats de courte durée, j’ai eu la chance de recevoir deux offres en même temps (un bonheur ne vient jamais seul), l’une aux États-Unis et l’autre ici, au Canada. Comme il s’agit de l’Association canadienne des bibliothèques de droit, vous pouvez deviner quel chemin j’ai pris.

En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

Elle m’a énormément aidé, de mon parrainage auprès du Northern Exposure to Leadership Institute à la bourse qui m’a été octroyée pour poursuivre mes études, en passant par l’accès à des possibilités de perfectionnement professionnel continu et la capacité de consulter un vaste réseau de collègues. Je ne saurais concevoir ma carrière sans l’aide de l’ACBD/CALL. Maintenant que j’en suis au milieu de ma carrière, j’espère pouvoir remettre un peu de ce que j’ai reçu, tout en continuant de tirer profit d’autres possibilités d’enrichir mon parcours professionnel grâce à l’ACBD/CALL. 

Qui est votre professionnel de la bibliothéconomie favori, vivant ou décédé, réel ou fictif?

Maester Aemon. Il aurait pu être roi, mais il a pris la décision réfléchie de demeurer un professionnel de l’information!

Quel est l’aspect de la profession de l’information juridique qui vous a étonné?

L’évolution continue de la profession et la nécessité de « suivre le rythme » ne s’arrêtent jamais. Bien des gens, lorsqu’ils apprennent que vous travaillez dans une bibliothèque, croient qu’il doit s’agir d’une existence agréable et « paisible ». J’ai constaté qu’il en est tout autrement. De nos jours, le paysage évolue constamment, et suivre le rythme de cette évolution constitue un défi quotidien. 

Quel conseil offririez-vous à une personne qui cherche à percer dans le secteur de l’information juridique?

Si votre objectif est de faire partie du secteur de l’information juridique, ne vous imposez pas de limites géographiques. Regardez les dominos tomber. Il peut y avoir une période où les possibilités sont rares, mais ensuite une personne se déplace vers un autre poste, ce qui déclenche une réaction en chaîne—soyez à l’affût. Je conseille aux personnes qui cherchent du travail dans le secteur de ne pas avoir peur d’accepter un contrat afin d’acquérir de l’expérience et de nouer des liens. Enfin, ne vous limitez pas à la notion traditionnelle concernant les bibliothécaires; je préfère nous considérer comme des « ninjas » de l’information. Cherchez un poste de « ninja » de l’information juridique, et ne craignez pas de signaler aux gens du domaine de la gestion qu’ils ont réellement besoin de quelqu’un


Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software