Five Questions with Vicki Jay Leung

19 Sep 2015 3:59 PM | Helen Mok (Administrator)

Vicki Jay Leung
Reference Librarian
Paul Martin Law Library, University of Windsor

Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

My foray into the legal information industry is unconventional – my undergraduate degree is a Bachelor of Science in Agriculture, from the University of Saskatchewan (yes, I am an Agro!).  I majored in Plant Ecology and minored in Soil Science and Agricultural Economics.  However, after working in research fields and greenhouses, I decided that it just wasn’t for me. 

I came upon librarianship after researching possible professions that were more suited to my interests and skill sets.  I went to Western for my Master of Library and Information Science degree.  I was able to enter the co-op program and worked at the University of Windsor’s Paul Martin Law Library for eight months where I gained invaluable experience working in a specialized academic law library.

After graduating, I found contract and part-time work while starting a family in Windsor, Ontario (my husband’s hometown).  It wasn’t until a few years later that I had the opportunity to join the Paul Martin Law Library again and work alongside current CALL President Annette Demers as a Reference Librarian.  In July 2014, I became tenured after 5 years of meeting my obligations as a librarian, proving that I am willing to take on responsibilities within and outside of the library.  I am very fortunate to find myself on a career path that is multi-faceted and rewarding.

How has being involved in CALL helped you professionally?

Belonging to CALL has not only allowed me to personally connect with colleagues from across Canada but has been a big part in shaping my professional identity.  Having that personal and professional link to an association has helped me to envision my role as an academic law librarian.  As one part academic librarian and one part legal researcher, I work with other specialty academic librarians who have different priorities and workloads than me in the law library - being a part of the CALL Academic Law Library Special Interest Group has facilitated in melding the two realities for me.

The annual CALL Conference is the peak event anticipated by most members.  Not only do you get to meet friends and colleagues, but you also get the opportunity to learn the latest from vendor demos and hot topics in program sessions.  The conference is also a gathering place for peers to ask probing questions, share information, and learn from each other.

My earlier involvement in CALL include: being a mentee in the mentorship program, where I had the great fortune of meeting Jeanne Maddix, Director of Bibliothèque de droit Michel-Bastarache at the Université de Moncton; being encouraged by my former boss, Paul Murphy, to contribute book reviews to the Canadian Law Library Review and working with book review editors Erica Anderson, Susan Barker, and Nancy McCormack; and helping out where needed by my current boss (and pro-CALL supporter), Annette Demers, for my first ever CALL Conference which was held in Windsor 2010, where I became the Volunteer Coordinator and was responsible for a Faculty of Windsor Law book display.

I later joined the Membership Development Committee (chaired by Katherine Melville & Erica Anderson), the Committee to Promote Research (chaired by Marianne Rogers & Susan Barker), and am the current co-chair of the Academic Law Library SIG (working with Svetlana Kochkina and previously with Elizabeth Bruton).  With each role, be it promoting CALL to new members, helping to fund members pursuing their scholarship of legal information, or communicating ideas and issues within a special interest group, I find myself growing deeper roots in my efforts to become a better legal information specialist while also serving the needs of my association and colleagues.

One thing I have to say is – don’t be afraid to volunteer, and please do not be afraid to say “yes” when you are called upon to help the association.  Not only will your service be appreciated but you will find it personally rewarding.  For example, I can be quite shy in large crowds, but I was able to put that aside when I was asked to moderate the 2013 conference plenary panel, Land of Confusion: E-Books’ License Negotiation Demystified, in Montreal.

What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry?

Like many others, as a youngster, I never aspired to become a librarian; however, I did have an affinity to libraries (even so far as creating little due date cards for my personal collection of storybooks at home!).  As a child growing up pre-internet and never owning a computer until I went to university (please do not guess how old I am), I found libraries invaluable sources of information and knowledge.

If you like helping others, appreciate the organization of information, and enjoy variation in your job – then information management is for you!  If you like the law, especially the structure of how the law is organized, and enjoy working with people who have a vested interest in finding the law – then the legal information industry could definitely be for you!

Keep in mind there are different kinds of law libraries (e.g. academic, courthouse, law firm, government, etc.), each with its own unique clientele and working environment.  For those interested in entering the legal information industry, I would suggest the following:

1.    Make connections and talk with a legal information specialist or two to get an idea of what the job is like and whether a career in legal information is for you.

2.    Look at different job ads to see what the requirements are.  Do you have the credentials? What kind of experience do you need to get? Do you find the list of duties interesting enough to pursue a career in legal information?

3.    Look at where job ads are coming from and where jobs are being slashed.  Are you willing to relocate to where the jobs are? Remember, larger centres will have more job postings but will also have more competition for them whereas smaller centres will have fewer postings with less competition.  Also, keep in mind that publicly funded libraries*  may be phasing out some positions due to budget constraints.  These are some things to be aware of – so plan accordingly.

*Governance and Funding of Libraries (school, public, academic) https://www.accessola.org/WEB/OLAWEB/Issues_Advocacy/Election_Resources/Governance_and_Funding_of_Libraries.aspx?WebsiteKey=397368c8-7910-4dfe-807f-9eeb1068be31&hkey=b3797b9f-3e43-46e9-a2e7-5202f1a6c19f

What’s one change in the profession or industry that has been a challenge for you?

The one challenge I see is how to reinvent oneself in response to changing user needs and declining budgets – in other words, how to do more with fewer resources.  As user preferences for online sources have increased, I have had to adapt what I teach students.  This includes promoting the credible and authoritative databases subscribed or linked to by the library and re-establishing the benefits of print resources as a learning tool to understand electronic resources as well as a complementary information source.  In tandem with considering user preferences, is the requirement to balance the needs of the user with what the library can actually afford to purchase for its print and electronic collection.  

What are three things on your bucket list?

Three things that I would like to accomplish in my career as an academic legal librarian:

1.    Get published in a scholarly publication

2.    Present by myself at a conference

3.    Pursue a Master of Legal Studies degree

Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

Mon expérience dans l’industrie de l’information juridique n’est pas classique – mon grade de premier cycle est un baccalauréat ès sciences en agriculture de l’Université de la Saskatchewan (oui, je viens du milieu agricole!). J’ai fait une majeure en écologie des plantes et une mineure en science des sols et en agroéconomie. Cependant, après avoir travaillé dans des champs de recherche et des serres, j’ai décidé que ce n’était pas pour moi. 

J’ai découvert la bibliothéconomie après avoir cherché des professions possibles qui correspondaient davantage à mes intérêts et mes compétences. Je suis allée à l’Université Western pour obtenir une maîtrise en bibliothéconomie et en sciences de l’information. J’ai pu m’inscrire au programme d’enseignement coopératif et j’ai travaillé pendant huit mois à la bibliothèque de droit Paul Martin, ce qui m’a permis d’acquérir une expérience professionnelle inestimable au sein d’une bibliothèque de droit universitaire spécialisée.

Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai trouvé du travail contractuel et à temps partiel pendant que je fondais une famille à Windsor (Ontario) (la ville natale de mon mari). Ce n’est que quelques années plus tard que j’ai eu la possibilité de réintégrer la bibliothèque de droit Paul Martin et de travailler aux côtés de la présidente actuelle de l’ACBD/CALL, Annette Demers, à titre de bibliothécaire de référence. En juillet 2014, j’ai obtenu ma permanence après m’être acquittée de mes obligations en tant que bibliothécaire pendant cinq ans, prouvant ainsi que j’étais disposée à assumer des responsabilités au sein de la bibliothèque et à l’extérieur de celle-ci. J’ai beaucoup de chance de m’être engagée dans un cheminement de carrière à volets multiples et gratifiant.

En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

Mon adhésion à l’ACBD/CALL non seulement m’a permis de communiquer avec mes collègues de l’ensemble du Canada, mais a largement contribué à définir mon identité professionnelle. Ce lien personnel et professionnel avec une association m’a permis de visualiser mon rôle à titre de bibliothécaire de droit universitaire. En tant que bibliothécaire en milieu universitaire, d’une part, et recherchiste juridique, d’autre part, je collabore avec d’autres bibliothécaires universitaires spécialisés dont la charge de travail et les priorités sont différentes des miennes au sein de bibliothèques de droit; ma participation au groupe d’intérêts spéciaux (GIS) des bibliothèques de droit universitaires de l’ACBD/CALL a facilité l’intégration des deux réalités pour moi.

La conférence annuelle de l’ACBD/CALL est l’événement culminant attendu par la plupart des membres. Non seulement cet événement nous offre-t-il l’occasion de rencontrer nos amis et nos collègues, mais il nous permet aussi de découvrir les derniers développements grâce aux démonstrations d’éditeurs et aux discussions portant sur des sujets chauds dans le cadre des séances de programmes. La conférence est également un lieu de rencontre où les pairs peuvent poser des questions d’approfondissement, échanger de l’information et apprendre les uns des autres.

En ce qui concerne mon implication antérieure auprès de l’ACBD/CALL, j’ai été mentorée dans le cadre du programme de mentorat, et j’ai alors eu l’immense privilège de rencontrer Mme Jeanne Maddix, directrice de la Bibliothèque de droit Michel‑Bastarache de l’Université de Moncton; sous les encouragements de mon ancien patron, M. Paul Murphy, j’ai contribué à des comptes rendus de livres pour la Revue canadienne des bibliothèques de droit et collaboré avec les rédactrices chargées des comptes rendus de livres, Erica Anderson, Susan Barker et Nancy McCormack, et j’ai offert mon aide à la demande de ma patronne actuelle (et supportrice de l’ACBD/CALL), Mme Annette Demers, lors de ma toute première conférence de l’ACBD/CALL, tenue à Windsor en 2010, où je suis devenue coordonnatrice des bénévoles et responsable d’un présentoir de livres de la faculté de droit de Windsor.

Je me suis ensuite jointe au Comité du recrutement des membres (présidé par Katherine Melville et Erica Anderson) et au Comité pour promouvoir la recherche (présidé par Marianne Rogers et Susan Barker), et je copréside actuellement le GIS des bibliothèques de droit universitaires (en collaboration avec Svetlana Kochkina et, auparavant, avec Elizabeth Bruton). Dans l’exercice de chacun de mes rôles, qu’il s’agisse de promouvoir l’ACBD/CALL auprès des nouveaux membres, d’aider à assurer le financement destiné aux membres titulaires d’une bourse d’études en information juridique ou de communiquer des idées et des enjeux au sein d’un groupe d’intérêts spéciaux, je consolide mes racines dans le cadre de mes efforts pour devenir une meilleure spécialiste de l’information juridique, tout en répondant aux besoins de mon association et de mes collègues.

Je tiens à dire une chose : n’ayez pas peur de collaborer à titre bénévole et de répondre « oui » lorsqu’on vous demande d’aider l’association. Non seulement vos services seront‑ils appréciés, mais en outre, vous trouverez cela valorisant sur le plan personnel. Par exemple, je suis parfois très timide au sein de grands groupes, mais j’ai réussi à laisser ma timidité de côté lorsqu’on m’a demandé de modérer une discussion en séance plénière intitulée Un monde de confusion : démystifier le processus de négociation des licences pour les livres numériques dans le cadre de la conférence de 2013, à Montréal.

Quel conseil offririez-vous à une personne qui cherche à percer dans le secteur de l’information juridique?

Comme bien des gens, quand j’étais jeune, je n’ai jamais eu l’ambition de devenir bibliothécaire; cependant, j’avais une affinité avec les bibliothèques (je fabriquais même de petites cartes indiquant la date limite pour ma collection personnelle de livres d’histoires à la maison!). J’ai grandi avant l’émergence d’Internet, et comme je n’ai eu mon propre ordinateur qu’une fois arrivée à l’université (n’essayez pas de deviner mon âge, je vous prieJ), je considérais les bibliothèques comme des sources inestimables d’information et de connaissances.

Si vous aimez aider les autres, si vous appréciez l’organisation de l’information et si le travail diversifié vous plaît, la gestion de l’information vous convient parfaitement! Si vous aimez le droit, particulièrement la manière dont la loi est organisée, et si vous aimez travailler avec des personnes qui sont intéressées à trouver les lois, l’industrie de l’information juridique pourrait sûrement vous convenir!

N’oubliez pas qu’il existe divers types de bibliothèques de droit (p. ex. universités, palais de justice, cabinets d’avocats, gouvernements, etc.), dont chacun possède sa clientèle particulière et son propre environnement de travail. Voici les conseils que j’offrirais aux personnes intéressées par le secteur de l’information juridique :

1.    Communiquez et discutez avec un ou deux spécialistes de l’information juridique afin d’avoir une idée du type de travail et de savoir si une carrière dans ce domaine vous convient.

2.    Examinez diverses offres d’emploi afin de connaître les exigences. Possédez‑vous les titres de compétence nécessaires? Quel type d’expérience devez-vous acquérir? Trouvez-vous la liste des tâches suffisamment intéressante pour entreprendre une carrière dans le domaine de l’information juridique.

3.    Examinez la provenance des offres d’emploi et les endroits où des postes sont supprimés. Êtes-vous disposés à vous déplacer vers les lieux où les emplois se trouvent? Rappelez-vous que les avis de postes vacants sont plus nombreux dans les grands centres mais que la concurrence y est aussi plus forte, tandis que les centres plus petits comptent moins de postes à pourvoir, mais moins de concurrence. De plus, n’oubliez pas que les bibliothèques financées par l’État* peuvent éliminer progressivement des postes en raison de contraintes budgétaires. Ce sont là des aspects dont vous devez être conscients; ainsi, planifiez en conséquence.

*Governance and Funding of Libraries (school, public, academic) (en anglais) https://www.accessola.org/WEB/OLAWEB/Issues_Advocacy/Election_Resources/Governance_and_Funding_of_Libraries.aspx?WebsiteKey=397368c8-7910-4dfe-807f-9eeb1068be31&hkey=b3797b9f-3e43-46e9-a2e7-5202f1a6c19f

Y a-t-il un changement relatif à la profession ou à l’industrie qui a présenté un défi pour vous?

Le défi qui se pose, selon moi, est lié à la manière de se réinventer compte tenu des besoins changeants des utilisateurs et de la réduction des budgets; autrement dit, comment faire plus avec des ressources réduites. À mesure que la préférence des utilisateurs pour les ressources en ligne s’est renforcée, j’ai dû adapter ce que j’enseignais aux étudiants. Cela comprend la promotion des bases de données fiables et faisant autorité utilisées par la bibliothèque ou auxquelles celle-ci est abonnée et le rétablissement des avantages des ressources imprimées en guise d’outil d’apprentissage qui permet de comprendre les ressources électroniques, de même qu’une source d’information complémentaire. En plus de tenir compte des préférences des utilisateurs, il faut établir un équilibre entre les besoins de ces derniers et les achats que la bibliothèque peut se permettre pour ses collections imprimées et électroniques. 

Indiquez trois choses qui figurent dans votre liste du cœur?

J’aimerais accomplir trois choses dans le cadre de ma carrière à titre de bibliothécaire de droit en milieu universitaire :

1.    Voir un de mes articles publié dans une publication érudite;

2.    Faire une présentation dans le cadre d’une conférence;

3.    Entreprendre un programme de maîtrise en études juridiques.

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software