Five Questions with Jenny Thornhill

15 Dec 2015 10:38 AM | Helen Mok (Administrator)

Jenny Thornhill
Manager, Court Library Services
Nunavut Court of Justice Law Library

Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

I have a BA in Ancient and Medieval History from the University of Calgary and a master’s degree in Medieval Studies from the University of Edinburgh. When I realized that library sciences was my real passion, I attended Dalhousie University and graduated with my MLIS in 2006. I worked in a variety of academic, public and special libraries during my studies and after leaving Dalhousie. I began to work full-time as the Court Librarian for the Nunavut Courts in 2010 and have continued in this position for the last 5 years. I have always had an interest in the law but had decided that being a lawyer was not for me. When I started this job, I realized this was the perfect way for me to combine my interest in the law with my love of libraries. Last year, 2013-2014, I took a year of education leave and completed the Master of Studies of Law degree at the University of Western Ontario in order to further my skills in this field.

How has being involved in CALL helped you professionally?

I first became aware of CALL when I started working at the Nunavut Courts as the Court Library has a professional membership in CALL. Through this membership, I learned about and was able to attend the inaugural New Law Librarians Institute sponsored by CALL and hosted at the University of Western Ontario. This was an excellent program which provided me with a lot of skills in the law and for my work. After that, I began attending the annual CALL conferences and developed my network of law librarian colleagues. The skills, information, and networking I have developed through CALL have been invaluable to me in my work.

What is one thing that’s surprised you about the legal information profession?

I would say the most surprising thing about the legal information profession is the variety of libraries represented in this area – in most areas you have academic libraries or public libraries, but in the information profession there are courthouse, law firm, academic, and various other types of libraries all working within the same field.

What are three things on your bucket list?

Most of my bucket list involves travel and ancient history so I would say 3 things on my bucket most definitely would be to visit Pompeii, the Great Wall of China and the terracotta warriors, and the Pyramids of Giza & the Great Library of Alexandria.

What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry?

One of the earliest and best pieces of advice I received when I started as a librarian was to not be afraid to take contracts and build your skills. I would say that is a valuable piece of advice for anyone trying to break into the field. I would also recommend taking course in law to become familiar with the different fields and subtleties of the law.

Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

Je suis titulaire d’un baccalauréat ès arts en histoire ancienne et médiévale de l’Université de Calgary et d’une maîtrise en études médiévales de l’Université d’Édimbourg. Lorsque je me suis rendu compte que la bibliothéconomie était ma vraie passion, je me suis inscrite à l’Université Dalhousie, où j’ai obtenu une maîtrise en bibliothéconomie et en science de l’information en 2006. J’ai travaillé dans une variété de bibliothèques d’établissement d’enseignement, publiques et spécialisées pendant mes études et après avoir quitté l’Université Dalhousie. J’ai occupé un premier poste à plein temps de bibliothécaire de droit aux Tribunaux du Nunavut en 2010 et suis restée à ce poste pendant les cinq dernières années. Je me suis toujours intéressée au droit, mais j’avais décidé que le métier d’avocat ne me convenait pas. Lorsque j’ai commencé à mon poste, j’ai compris qu’il constituait le moyen idéal pour moi de combiner mon intérêt pour de droit et ma passion pour les bibliothèques. L’année dernière en 2013-2014, j’ai pris un an de congé d’études pour suivre un programme de maîtrise en études du droit à l’Université Western en Ontario afin de renforcer mes compétences dans ce domaine.

En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

J’ai découvert l’ACBD à mes débuts aux Tribunaux du Nunavut, car la bibliothèque de la Cour était membre professionnel de l’ACBD. Dans le cadre de cette adhésion, j’ai appris la création de l’Institut pour les nouveaux bibliothécaires de droit et j’ai pu m’inscrire à ce programme parrainé par l’ACBD et dispensé à l’Université Western. Le programme était excellent et m’a permis d’acquérir de nombreuses compétences en droit et pour mon travail. Puis, j’ai commencé à participer aux conférences annuelles de l’ACBD et ai étendu mon réseau de collègues bibliothécaires de droit. Les compétences, l’information et le réseau acquis grâce à l’ACBD m’ont précieusement aidée dans mon travail.

Quel est l’aspect de la profession de l’information juridique qui vous a étonnée?

Je dirais que l’aspect le plus surprenant dans cette profession est la variété des bibliothèques représentées dans ce secteur – dans la plupart des secteurs, vous avez des bibliothèques universitaires ou des bibliothèques publiques, mais dans la profession de l’information juridique, vous avez les tribunaux, les sociétés d’avocats, les établissements d’enseignement et une variété d’autres types de bibliothèques qui travaillent toutes dans le même secteur.

Indiquez trois choses qui figurent dans votre liste du cœur?

Ma liste du cœur a pour thèmes principaux les voyages et l’histoire ancienne; je citerais donc trois éléments qui me tiennent vraiment à cœur : visiter Pompéi, voir la Grande Muraille de Chine et les soldats de terre cuite et enfin me rendre aux pyramides de Gizeh et à la grande bibliothèque d’Alexandrie.

Quel conseil offririez-vous à une personne qui cherche à percer dans le secteur de l’information juridique?

L’un des premiers et meilleurs conseils que j’ai reçus quand j’ai débuté dans la profession a été de ne pas avoir peur de signer des contrats et de renforcer mes compétences. Je dirais que ce conseil est précieux pour toute personne qui souhaite percer dans le secteur de l’information juridique. Je recommanderais également de suivre des cours de droit pour mieux connaître les différents domaines et les subtilités du droit.

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software