Five Questions with Susan Caird

25 Aug 2016 11:28 AM | Helen Mok (Administrator)

Susan Caird

Researcher, Legal – McCarthy Tétrault LLP

Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry?

My undergrad degree is in Art History, and my plan when I went to SLAIS at UBC was to work in an art library (our next door neighbour, Rhoda Baxter, was the retired head of the Fine Arts division at the Vancouver Public Library and she encouraged me to take up librarianship as a career). For my library practicum, I worked for 6 weeks at the National Art Library in the Victoria & Albert Museum in London, England, which was a wonderful experience. However, Vancouver has limited opportunities for art librarianship and at that time, I wasn’t prepared to change locations. When I graduated from SLAIS, I worked on-call at the Fine Arts division of VPL, plus in other divisions and branches, as well as on-call at New Westminster Public Library and Richmond Public library. There were few full-time positions in public libraries and after working on-call for 3 years, I decided to make a change. I had taken a weekend course on legal information materials, plus had attended a workshop on researching legislation but hadn’t really planned to go in that direction (I always dreaded being asked a legislative question when I was on the reference desk…). However, a full-time position was posted for a reference librarian at the Courthouse Library and I applied and, ultimately, was hired. It turned out to be one of the best decisions I ever made. The legal materials/research training provided was second to none, and the mentoring by all the library team, in particular from the Head of Information Services, Linda Morrison, was excellent. The range of skills and experience of the ref staff, and the in-depth knowledge that was shared, provided an invaluable foundation that I feel very fortunate to have been given. My training and the broad experience I gained there resulted in me making many new life-long friends, and, ironically, developing a keen interest in legislation and a love of legislative research questions!

How has being involved in CALL helped you professionally (e.g. scholarships & grants, continuing education, networking)?

Despite CALL being much smaller than AALL, I think the benefits of having our own national association are manifold. While there are legal library issues (and library issues in general) that are common no matter what country you’re in, there are also distinctly Canadian issues and CALL provides a group, perspective, and voice, to discuss and address them. The educational sessions plus the articles in the CALL Review provide a way to learn, keep up to date, and gain useful ideas and different perspectives on all aspects of law librarianship, information sharing, training, and technology. In 2002, I co-wrote an article on the BC Rules of Court with Thea Schmidt that received the Canadian Law Library Review Feature Article Award.

Being able to call upon a colleague for advice or assistance via the CALL listserv, or directly through a connection previously made, is a huge benefit. It’s often not only a means of obtaining an answer for a client, but a source for ongoing professional development and learning and for forging further connections and potential friendships. The annual conference is particularly important for networking and in 2007, I received funding from the Eunice Beeson Memorial Travel Fund to attend the CALL Conference in Ottawa.  Librarians are helpful people who like to share - having our own collegial Canadian community association is a definite advantage and one which I can’t imagine being without.

What’s your greatest work or career-related challenge?

I think they’re the same challenges that have been faced by most librarians over many years: keeping pace with (or, ideally, staying ahead of) technological changes; being proactive, staying relevant, and demonstrating our value to our users; and of course, shrinking budgets. Time is also always a challenge -- finding the time to plan and to think about new possibilities for services or training and then the time to implement them as well.

Where do you see our industry and/or profession in 10 years?

I don’t think I have any particular skill as a prognosticator, but it’s pretty clear that in 10 years’ time, technology will have changed how we work to an almost unrecognisable degree. AI (artificial intelligence) is developing incredibly fast and will obviously impact law and the legal research world hugely, but it’s difficult to foresee exactly how it will impact law libraries and their staff. I think it is clear that we will do what we have always done: we will adapt and change, we will look ahead for new opportunities and ways to add value, we will develop new skills, and continue to build on our existing skillsets of research, training, and information management. I think interpersonal skills, analysis, and relationship-building will all become even more important in the future.

What’s one blog, website or Twitter account that you can’t go a day without checking?

So many possibilities… For law-related sites I would have to say Slaw and BeSpacific – both provide a range of interesting, useful material and are great for staying on top of current issues. As a way to combine my interests in art and law, I also follow the Art Law Report – lots of interesting posts about looted art and other art issues. For book sites, I’m a big fan of Maria Popova’s BrainPickings  – she always has absorbing and thought-provoking posts, and I’ve found so many great books through her. I also love the posts at Medieval Books – a fascinating look at books before print. As a guilty pleasure, I read Awful Library Books pretty much every day – nothing like seeing some dreadful style/interior design/cooking/political/dating books from yesteryear, many of which should never have seen the light of (publishing) day! Finally, pretty much anything on Twitter that’s art, legal, travel, books or writing related – I love TravelBritain, The New Yorker, J.Paul Getty Museum, Salon – I could go on…

Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

Je détiens un diplôme de premier cycle en histoire de l'art et, en fréquentant l'École de bibliothéconomie, d'archivistique et des sciences de l'information (SLAIS) de l'Université de la Colombie‑Britannique, mon plan était de travailler dans une bibliothèque d'art (notre voisine, Rhoda Baxter, était chef retraitée de la Division des beaux‑arts à la bibliothèque publique de Vancouver, et elle m'a encouragée à entreprendre une carrière en bibliothéconomie). Lors de mon stage en bibliothèque, j'ai travaillé pendant six semaines à la Bibliothèque nationale d'art du Musée Victoria et Albert, à Londres (Angleterre), et ce fut une expérience formidable. Cependant, les possibilités ne pleuvaient pas à Vancouver pour les bibliothécaires du domaine artistique et, à l'époque, je n'étais pas prête à changer de ville. Après avoir obtenu mon diplôme à la SLAIS, j'ai obtenu un poste d'employée sur appel à la Division des beaux‑arts et dans d'autres divisions et rayons de la bibliothèque publique de Vancouver, ainsi qu'aux bibliothèques publiques de New Westminster et de Richmond. Il n'y avait que peu de postes à temps plein dans les bibliothèques publiques et, après trois ans comme employée sur appel, j'ai décidé de changer d'emploi. J'avais suivi un cours de fin de semaine sur le matériel d'information juridique et j'avais aussi assisté à un atelier sur la recherche dans les documents législatifs, mais je n'avais pas vraiment prévu d'aller dans cette direction (je redoutais toujours de me faire poser une question sur le domaine du droit lorsque j'étais au comptoir de référence). Cependant, un poste à temps plein de bibliothécaire de référence à la Courthouse Library était affiché, donc j'ai posé ma candidature et j'ai finalement été embauchée. Cela s'est avéré être l'une des meilleures décisions que j'ai jamais prises. J'y ai reçu une formation sur la recherche et le matériel juridique sans égale, en plus de bénéficier d'un excellent mentorat de la part de toute l'équipe de la bibliothèque et, en particulier, du chef des Services d'information, Linda Morrison. La gamme de compétences et d'expérience du personnel de référence ainsi que les connaissances approfondies qui m'ont été transmises m'ont permis d'acquérir des bases inestimables que je me considère comme très chanceuse d'avoir obtenues. Parallèlement à la formation et à la vaste expérience que j'ai acquises là‑bas, je me suis aussi fait beaucoup de nouveaux amis pour la vie et, ironiquement, j'ai développé un intérêt marqué pour la législation et une passion pour les questions de recherche législative!

En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (par ex. : bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

L'ACBD est certes beaucoup plus petite que sa contrepartie américaine, mais je crois qu'il y a de multiples avantages à ce que nous ayons notre propre association nationale. Quoiqu'il y ait des problématiques relatives aux bibliothèques de droit (et aux bibliothèques en général) qui soient les mêmes dans tous les pays, il y a aussi des problématiques propres au Canada, et l'ACBD confère une arène, une perspective et une tribune pour en discuter et les régler. Les séances éducatives et les articles publiés dans la Revue de l'ACBD constituent un moyen d'apprendre, de se tenir à jour et de tirer des idées utiles et différents points de vue sur tous les aspects de la bibliothéconomie juridique, du transfert d'information, de la formation et de la technologie. En 2002, Thea Schmidt et moi avons rédigé un article sur les règles de procédure en Colombie‑Britannique, qui a reçu le Prix du meilleur article de fond paru dans la Revue canadienne des bibliothèques de droit.

Il s'agit aussi d'un avantage incommensurable que de pouvoir demander de l'aide ou un conseil à un collègue par la liste de discussion électronique de l'ACBD ou directement par des liens établis auparavant. Bien souvent, il s'agit non seulement d'un moyen d'obtenir une réponse pour un client, mais aussi d'une source de perfectionnement professionnel et d'apprentissage continu, qui permet également de forger d'autres liens, voire des amitiés. Le congrès annuel revêt une importance particulière pour ce qui est du réseautage et, en 2007, j'ai obtenu une subvention de la Bourse commémorative de voyage Eunice Beeson afin de pouvoir assister au congrès de l'ACBD à Ottawa.  Les bibliothécaires sont des personnes serviables qui aiment partager; ainsi, le fait d'avoir notre propre association canadienne collective est un avantage indéniable pour notre communauté, et je ne pourrais m'imaginer vivre sans.

Quel est votre plus grand défi lié à votre travail ou votre carrière?

Je crois que je suis confrontée aux mêmes défis que la plupart des bibliothécaires ont rencontrés au fil de nombreuses années : suivre le rythme (ou, idéalement, rester à l'avant‑garde) des changements technologiques; être proactifs, demeurer pertinents et montrer en quoi nous sommes utiles à nos utilisateurs et, bien entendu, composer avec des budgets qui ne cessent de fondre. Le temps aussi est toujours un défi, entre autres pour trouver le temps de planifier et de réfléchir à propos des nouvelles possibilités de services ou de formation, puis pour trouver le temps de les mettre en place.

Où voyez-vous notre industrie ou notre profession dans dix ans?

Je ne crois pas être une très bonne prophétesse, mais il est assez évident que, dans dix ans, la technologie aura modifié nos méthodes de travail au point où elles seront pratiquement méconnaissables. L'intelligence artificielle se développe à un rythme fulgurant et, de toute évidence, aura une incidence monstre sur le droit et la recherche juridique, mais on peut difficilement prévoir les répercussions exactes qu'elle aura sur les bibliothèques de droit et leur personnel. À mon avis, il est clair que nous ferons ce que nous avons toujours fait, c'est‑à‑dire que nous nous adapterons et nous changerons; nous nous tiendrons à l'affût de nouvelles possibilités et de nouveaux moyens d'ajouter de la valeur; nous acquerrons de nouvelles compétences et continuerons de miser sur celles que nous possédons déjà pour ce qui est de la recherche, de la formation et de la gestion de l'information. Selon moi, l'entregent et les capacités d'analyse et de création de liens seront d'autant plus importants dans l'avenir.

Y a-t-il un blogue, un site Web ou un compte Twitter que vous ne pouvez pas négliger de consulter tous les jours?

Il y a tant de possibilités… Pour les sites dans le domaine du droit, je dirais Slaw et BeSpacific, qui offrent tous deux une gamme de documents utiles et intéressants et qui sont parfaits pour se tenir au courant des enjeux actuels. Pour satisfaire mon intérêt combiné envers les arts et le droit, je consulte également l'Art Law Report, qui renferme de nombreux billets intéressants sur le vol d'œuvres d'art et d'autres aspects relatifs à l'art. Du côté des sites sur les livres, j'adore BrainPickings de Maria Popova, qui présente toujours des billets captivants et qui portent à réfléchir, et elle m'a fait découvrir un si grand nombre de livres fantastiques. J'adore aussi les billets publiés dans Medieval Books, qui offrent un aperçu fascinant de ce à quoi ressemblaient les livres avant l'avènement de l'imprimerie. Mon plaisir coupable : je lis Awful Library Books pour ainsi dire tous les jours. Il n'y a rien de tel que de voir des livres affreux d'autrefois sur le style, le design intérieur, la cuisine, la politique ou les rendez‑vous galants, dont bon nombre n'auraient jamais dû être publiés! Enfin, j'apprécie pas mal tout ce qu'on trouve sur Twitter à propos de l'art, du droit, des voyages, des livres ou de l'écriture, par exemple : TravelBritain, The New Yorker, J. Paul Getty Museum, Salon, et j'en passe.

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2015 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software