Blog

  • 06 Sep 2016 4:42 PM | Ken Fox (Administrator)

    In May we wrote that the federal government had introduced Bill C-11 to implement the Marrakesh Treaty to Facilitate Access to Published Works for Persons Who Are Blind, Visually Impaired, or Otherwise Print Disabled (aka Marrakesh VIP Treaty or MVT). Since then, Bill C-11 has been passed and received Royal Assent. It is now SC 2016, c 4, and came into force on June 22.

    At the time of our earlier post the MVT had only 16 of the required 20 contracting parties. Chile, Ecuador, and Guatemala then ratified it, and Canada’s accession on June 30 supplied the required 20. The treaty is now scheduled to come into force on September 30, 2016 in all contracting states.

    The new legislation amends sections 32 and 32.01 of the Copyright Act to strengthen and standardize the existing exceptions for Persons with Perceptual Disabilities. According to the summary of the treaty, the new provisions serve “to permit reproduction, distribution and making available of published works in formats designed to be accessible to VIPs, and to permit exchange of these works across borders by organizations that serve those beneficiaries.”

    The full text of the Treaty (including in formats accessible to visually impaired persons (VIPs)), along with other information about the treaty and contracting parties, is hosted on the World Intellectual Property Organization (WIPO) website.

    Post written by Kim Nayyer.

  • 25 Aug 2016 11:28 AM | Helen Mok (Administrator)

    Susan Caird

    Researcher, Legal – McCarthy Tétrault LLP

    Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry?

    My undergrad degree is in Art History, and my plan when I went to SLAIS at UBC was to work in an art library (our next door neighbour, Rhoda Baxter, was the retired head of the Fine Arts division at the Vancouver Public Library and she encouraged me to take up librarianship as a career). For my library practicum, I worked for 6 weeks at the National Art Library in the Victoria & Albert Museum in London, England, which was a wonderful experience. However, Vancouver has limited opportunities for art librarianship and at that time, I wasn’t prepared to change locations. When I graduated from SLAIS, I worked on-call at the Fine Arts division of VPL, plus in other divisions and branches, as well as on-call at New Westminster Public Library and Richmond Public library. There were few full-time positions in public libraries and after working on-call for 3 years, I decided to make a change. I had taken a weekend course on legal information materials, plus had attended a workshop on researching legislation but hadn’t really planned to go in that direction (I always dreaded being asked a legislative question when I was on the reference desk…). However, a full-time position was posted for a reference librarian at the Courthouse Library and I applied and, ultimately, was hired. It turned out to be one of the best decisions I ever made. The legal materials/research training provided was second to none, and the mentoring by all the library team, in particular from the Head of Information Services, Linda Morrison, was excellent. The range of skills and experience of the ref staff, and the in-depth knowledge that was shared, provided an invaluable foundation that I feel very fortunate to have been given. My training and the broad experience I gained there resulted in me making many new life-long friends, and, ironically, developing a keen interest in legislation and a love of legislative research questions!

    How has being involved in CALL helped you professionally (e.g. scholarships & grants, continuing education, networking)?

    Despite CALL being much smaller than AALL, I think the benefits of having our own national association are manifold. While there are legal library issues (and library issues in general) that are common no matter what country you’re in, there are also distinctly Canadian issues and CALL provides a group, perspective, and voice, to discuss and address them. The educational sessions plus the articles in the CALL Review provide a way to learn, keep up to date, and gain useful ideas and different perspectives on all aspects of law librarianship, information sharing, training, and technology. In 2002, I co-wrote an article on the BC Rules of Court with Thea Schmidt that received the Canadian Law Library Review Feature Article Award.

    Being able to call upon a colleague for advice or assistance via the CALL listserv, or directly through a connection previously made, is a huge benefit. It’s often not only a means of obtaining an answer for a client, but a source for ongoing professional development and learning and for forging further connections and potential friendships. The annual conference is particularly important for networking and in 2007, I received funding from the Eunice Beeson Memorial Travel Fund to attend the CALL Conference in Ottawa.  Librarians are helpful people who like to share - having our own collegial Canadian community association is a definite advantage and one which I can’t imagine being without.

    What’s your greatest work or career-related challenge?

    I think they’re the same challenges that have been faced by most librarians over many years: keeping pace with (or, ideally, staying ahead of) technological changes; being proactive, staying relevant, and demonstrating our value to our users; and of course, shrinking budgets. Time is also always a challenge -- finding the time to plan and to think about new possibilities for services or training and then the time to implement them as well.

    Where do you see our industry and/or profession in 10 years?

    I don’t think I have any particular skill as a prognosticator, but it’s pretty clear that in 10 years’ time, technology will have changed how we work to an almost unrecognisable degree. AI (artificial intelligence) is developing incredibly fast and will obviously impact law and the legal research world hugely, but it’s difficult to foresee exactly how it will impact law libraries and their staff. I think it is clear that we will do what we have always done: we will adapt and change, we will look ahead for new opportunities and ways to add value, we will develop new skills, and continue to build on our existing skillsets of research, training, and information management. I think interpersonal skills, analysis, and relationship-building will all become even more important in the future.

    What’s one blog, website or Twitter account that you can’t go a day without checking?

    So many possibilities… For law-related sites I would have to say Slaw and BeSpacific – both provide a range of interesting, useful material and are great for staying on top of current issues. As a way to combine my interests in art and law, I also follow the Art Law Report – lots of interesting posts about looted art and other art issues. For book sites, I’m a big fan of Maria Popova’s BrainPickings  – she always has absorbing and thought-provoking posts, and I’ve found so many great books through her. I also love the posts at Medieval Books – a fascinating look at books before print. As a guilty pleasure, I read Awful Library Books pretty much every day – nothing like seeing some dreadful style/interior design/cooking/political/dating books from yesteryear, many of which should never have seen the light of (publishing) day! Finally, pretty much anything on Twitter that’s art, legal, travel, books or writing related – I love TravelBritain, The New Yorker, J.Paul Getty Museum, Salon – I could go on…

    Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

    Je détiens un diplôme de premier cycle en histoire de l'art et, en fréquentant l'École de bibliothéconomie, d'archivistique et des sciences de l'information (SLAIS) de l'Université de la Colombie‑Britannique, mon plan était de travailler dans une bibliothèque d'art (notre voisine, Rhoda Baxter, était chef retraitée de la Division des beaux‑arts à la bibliothèque publique de Vancouver, et elle m'a encouragée à entreprendre une carrière en bibliothéconomie). Lors de mon stage en bibliothèque, j'ai travaillé pendant six semaines à la Bibliothèque nationale d'art du Musée Victoria et Albert, à Londres (Angleterre), et ce fut une expérience formidable. Cependant, les possibilités ne pleuvaient pas à Vancouver pour les bibliothécaires du domaine artistique et, à l'époque, je n'étais pas prête à changer de ville. Après avoir obtenu mon diplôme à la SLAIS, j'ai obtenu un poste d'employée sur appel à la Division des beaux‑arts et dans d'autres divisions et rayons de la bibliothèque publique de Vancouver, ainsi qu'aux bibliothèques publiques de New Westminster et de Richmond. Il n'y avait que peu de postes à temps plein dans les bibliothèques publiques et, après trois ans comme employée sur appel, j'ai décidé de changer d'emploi. J'avais suivi un cours de fin de semaine sur le matériel d'information juridique et j'avais aussi assisté à un atelier sur la recherche dans les documents législatifs, mais je n'avais pas vraiment prévu d'aller dans cette direction (je redoutais toujours de me faire poser une question sur le domaine du droit lorsque j'étais au comptoir de référence). Cependant, un poste à temps plein de bibliothécaire de référence à la Courthouse Library était affiché, donc j'ai posé ma candidature et j'ai finalement été embauchée. Cela s'est avéré être l'une des meilleures décisions que j'ai jamais prises. J'y ai reçu une formation sur la recherche et le matériel juridique sans égale, en plus de bénéficier d'un excellent mentorat de la part de toute l'équipe de la bibliothèque et, en particulier, du chef des Services d'information, Linda Morrison. La gamme de compétences et d'expérience du personnel de référence ainsi que les connaissances approfondies qui m'ont été transmises m'ont permis d'acquérir des bases inestimables que je me considère comme très chanceuse d'avoir obtenues. Parallèlement à la formation et à la vaste expérience que j'ai acquises là‑bas, je me suis aussi fait beaucoup de nouveaux amis pour la vie et, ironiquement, j'ai développé un intérêt marqué pour la législation et une passion pour les questions de recherche législative!

    En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (par ex. : bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

    L'ACBD est certes beaucoup plus petite que sa contrepartie américaine, mais je crois qu'il y a de multiples avantages à ce que nous ayons notre propre association nationale. Quoiqu'il y ait des problématiques relatives aux bibliothèques de droit (et aux bibliothèques en général) qui soient les mêmes dans tous les pays, il y a aussi des problématiques propres au Canada, et l'ACBD confère une arène, une perspective et une tribune pour en discuter et les régler. Les séances éducatives et les articles publiés dans la Revue de l'ACBD constituent un moyen d'apprendre, de se tenir à jour et de tirer des idées utiles et différents points de vue sur tous les aspects de la bibliothéconomie juridique, du transfert d'information, de la formation et de la technologie. En 2002, Thea Schmidt et moi avons rédigé un article sur les règles de procédure en Colombie‑Britannique, qui a reçu le Prix du meilleur article de fond paru dans la Revue canadienne des bibliothèques de droit.

    Il s'agit aussi d'un avantage incommensurable que de pouvoir demander de l'aide ou un conseil à un collègue par la liste de discussion électronique de l'ACBD ou directement par des liens établis auparavant. Bien souvent, il s'agit non seulement d'un moyen d'obtenir une réponse pour un client, mais aussi d'une source de perfectionnement professionnel et d'apprentissage continu, qui permet également de forger d'autres liens, voire des amitiés. Le congrès annuel revêt une importance particulière pour ce qui est du réseautage et, en 2007, j'ai obtenu une subvention de la Bourse commémorative de voyage Eunice Beeson afin de pouvoir assister au congrès de l'ACBD à Ottawa.  Les bibliothécaires sont des personnes serviables qui aiment partager; ainsi, le fait d'avoir notre propre association canadienne collective est un avantage indéniable pour notre communauté, et je ne pourrais m'imaginer vivre sans.

    Quel est votre plus grand défi lié à votre travail ou votre carrière?

    Je crois que je suis confrontée aux mêmes défis que la plupart des bibliothécaires ont rencontrés au fil de nombreuses années : suivre le rythme (ou, idéalement, rester à l'avant‑garde) des changements technologiques; être proactifs, demeurer pertinents et montrer en quoi nous sommes utiles à nos utilisateurs et, bien entendu, composer avec des budgets qui ne cessent de fondre. Le temps aussi est toujours un défi, entre autres pour trouver le temps de planifier et de réfléchir à propos des nouvelles possibilités de services ou de formation, puis pour trouver le temps de les mettre en place.

    Où voyez-vous notre industrie ou notre profession dans dix ans?

    Je ne crois pas être une très bonne prophétesse, mais il est assez évident que, dans dix ans, la technologie aura modifié nos méthodes de travail au point où elles seront pratiquement méconnaissables. L'intelligence artificielle se développe à un rythme fulgurant et, de toute évidence, aura une incidence monstre sur le droit et la recherche juridique, mais on peut difficilement prévoir les répercussions exactes qu'elle aura sur les bibliothèques de droit et leur personnel. À mon avis, il est clair que nous ferons ce que nous avons toujours fait, c'est‑à‑dire que nous nous adapterons et nous changerons; nous nous tiendrons à l'affût de nouvelles possibilités et de nouveaux moyens d'ajouter de la valeur; nous acquerrons de nouvelles compétences et continuerons de miser sur celles que nous possédons déjà pour ce qui est de la recherche, de la formation et de la gestion de l'information. Selon moi, l'entregent et les capacités d'analyse et de création de liens seront d'autant plus importants dans l'avenir.

    Y a-t-il un blogue, un site Web ou un compte Twitter que vous ne pouvez pas négliger de consulter tous les jours?

    Il y a tant de possibilités… Pour les sites dans le domaine du droit, je dirais Slaw et BeSpacific, qui offrent tous deux une gamme de documents utiles et intéressants et qui sont parfaits pour se tenir au courant des enjeux actuels. Pour satisfaire mon intérêt combiné envers les arts et le droit, je consulte également l'Art Law Report, qui renferme de nombreux billets intéressants sur le vol d'œuvres d'art et d'autres aspects relatifs à l'art. Du côté des sites sur les livres, j'adore BrainPickings de Maria Popova, qui présente toujours des billets captivants et qui portent à réfléchir, et elle m'a fait découvrir un si grand nombre de livres fantastiques. J'adore aussi les billets publiés dans Medieval Books, qui offrent un aperçu fascinant de ce à quoi ressemblaient les livres avant l'avènement de l'imprimerie. Mon plaisir coupable : je lis Awful Library Books pour ainsi dire tous les jours. Il n'y a rien de tel que de voir des livres affreux d'autrefois sur le style, le design intérieur, la cuisine, la politique ou les rendez‑vous galants, dont bon nombre n'auraient jamais dû être publiés! Enfin, j'apprécie pas mal tout ce qu'on trouve sur Twitter à propos de l'art, du droit, des voyages, des livres ou de l'écriture, par exemple : TravelBritain, The New Yorker, J. Paul Getty Museum, Salon, et j'en passe.

  • 22 Aug 2016 11:46 AM | Ken Fox (Administrator)

    On July 28, 2016, the Canadian Centre for Policy Alternatives released the tenth report in its What's the Big Deal? Understanding the Trans-Partnership series. This one reviews the impact the TPP would have on the Canadian copyright legislative regime. 

    The Trouble with the TPP's Copyright Rules, written by Professor Michael Geist of University of Ottawa, raises concerns about legislative changes that implementation of the TPP would necessitate. Professor Geist covers three key elements of the intellectual property section of the TPP: copyright term extension, incorporation of criminal sanctions into the technological protection measure regime, and potential limitations on the current notice-and-notice system. 

    All of these possible changes to Canadian copyright law will have some, though varying, impact on Canadian law libraries. For instance, law libraries undertaking digitization initiatives may find planned projects stymied by the addition of twenty more years to copyright terms. Similarly, creation of new resources dependent on term expiry and entry into the public domain would have to wait an additional twenty years.

    As for technological protection measures, a question arises as to whether (possibly inadvertent) violation of digital rights management measures (DRM or “digital locks”) in a licensed resource might lead, for the first time, to criminal penalty for a law library or its users. Finally, uncertainties about the notice-and-notice regime also may hamper digitization or similar law library initiatives. 

    The report, like the others in the series, is available as a free download through the CCPA website, and may be purchased in print (ISBN 978-1-77125-300-0, $10) from the CCPA National Office.

    Post written by Kim Nayyer.

    Le 28 juillet 2016, le Centre canadien de politiques alternatives a publié le dixième rapport de sa série What's the Big Deal? Understanding the Trans-Pacific Partnership. Ce rapport porte sur l'incidence que le Partenariat transpacifique (PTP) aurait sur le régime juridique du droit d'auteur.

    The Trouble with the TPP's Copyright Rules, rapport rédigé par le professeur Michael Geist, de l'Université d'Ottawa, soulève des préoccupations quant aux changements législatifs qu'exigerait la mise en place du PTP. Le professeur Geist aborde trois grands éléments de la section du PTP traitant de la propriété intellectuelle, à savoir : la prorogation de l'échéance des droits d'auteur, l'intégration de sanctions pénales au régime des mesures de protection technologiques et la limitation potentielle du régime d'avis et avis actuel. 

    Tous ces changements possibles à la loi canadienne sur le droit d'auteur auront des répercussions à divers degrés sur les bibliothèques de droit du pays. Par exemple, les bibliothèques de droit qui amorcent une initiative de numérisation pourraient voir leurs projets prévus entravés par l'ajout de vingt années de plus à la durée des droits d'auteur. De même, la création de nouvelles ressources tributaire de l'échéance du droit d'auteur et de l'entrée dans le domaine public serait repoussée de vingt autres années.

    Quant aux mesures de protection technologiques, on se demande si une violation (potentiellement par mégarde) des mesures de gestion des droits numériques (GDN, qu'on appelle aussi les « verrous numériques ») pour du contenu sous licence pourrait, pour la première fois, mener à l'imposition de sanctions pénales à une bibliothèque de droit ou à ses usagers. Enfin, les incertitudes concernant le régime d'avis et avis peuvent aussi faire obstacle aux initiatives de numérisation ou à d'autres initiatives semblables des bibliothèques de droit. 

    À l'instar du reste de la série, le rapport est offert en téléchargement gratuit sur le site Web du CCPA ou peut être acheté en version papier (ISBN 978-1-77125-300-0, au coût de 10 $) auprès du bureau national du CCPA.

    Billet rédigé par Kim Nayyer

  • 21 Jul 2016 10:47 AM | Helen Mok (Administrator)

    Louis Mirando
    Chief Law Librarian
    Osgoode Hall Law School of York University

    Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

    When I was an undergraduate at the University of Toronto (major in Mediaeval Studies), I got a part-time job as a stacker in my college library. I knew immediately that I wanted to make libraries my life and have worked in the information area, in one capacity or another, ever since. My parents wanted me to apply to law school, and I did and was accepted, but turned down Law and opted for Library Science. I’ve never regretted that decision – and ended up in law anyway!

    My library degree was in special collections and rare book librarianship. My first “real” library job (after working a year in a bookshop) was as a special collections librarian and lecturer on the history of printing at Western. I then got a post-graduate scholarship to Germany to study “the book arts” at the University of Cologne. After two years, I returned to Canada to begin PhD studies in the then nascent field of “book studies” at Toronto. When I quit the doctoral program after three years (all-but-dissertation), I needed a job fast. The University of Toronto Law Library (now Bora Laskin Law Library) was looking for a contract cataloguer. I’d never heard of law libraries but took the job anyway. I worked with Rashid, who provided a rigorous and disciplined training in the intricacies of legal bibliography and information control. I couldn’t have asked for a more solid background to a career in legal information. I fell in love with legal information and have never looked back.

    My career since then has been varied but always in legal information. A part-time job doing freelance indexing for Carswell turned into a full-time job as a Senior Legal Editor and founding editor of the bilingual Index to Canadian Legal Literature/Index à documentation juridique au Canada. Then back to libraries, first as a reference librarian at the Bora Laskin Law Library, then as library manager at a mid-size Toronto law firm; then back to publishing, this time in electronic publishing with Lexis; then libraries again, as library director at a major Bay Street law firm. I believe this variety of education and experience has provided me with the perfect background for my current position at Osgoode Hall Law School of York University, where I’ve been Chief Law Librarian since 2007.

    How has being involved in CALL helped you professionally (e.g. scholarships & grants, continuing education, networking)?

    I owe so much to CALL and its members that I don’t know where to begin! When I worked for Carswell, I used to accompany the sales team – Ken Barnett and Jim Lang – to law library conferences. Ken and Jim taught me to treat our customers as partners. I was able to relate to law librarians not only as clients but as professional colleagues – and soon enough, as friends. When I moved back into law libraries, I had a ready-made support network not only here in Toronto but coast-to-coast with whom I’ve worked and celebrated, who have given me help and gotten me out of fixes, from whom I’ve learned most of what I know and to whom I owe much of my subsequent success.

    What is one thing that’s surprised you about the legal information profession?

    We live and work in a village. Whether librarians or vendors, from across the country, we speak the same language and we know, help, and even look out for each other. I never believed I would have so many friends in Calgary.

    The other thing that’s surprised me about this profession is how conservative it is. Richard Susskind has said that “Law has always been on the cutting edge of tradition” and it is this inherent conservatism that stymies change in the profession.

    What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry?

    Don’t expect to know everything at the start and don’t be afraid to ask for help: there are colleagues all around who want you to succeed. Don’t worry too much about “Law”: whether or not you have a law degree; it’s all about information. You can learn the “Law” but good information specialist skills are a talent. In this industry, you will always be respected for what you know, so concentrate on being an information specialist. Finally, don’t lose sight of the fact that this is an “industry” and that business and economics will always play a significant role in the services we provide.

    What is one thing people would be surprised to know about you?

    I’m an adult learner on the piano and it’s a challenge. I look up to 12-year old kids. I’ll never be able to give up my day job for the concert stage, but it’s what I look forward to at the end of the day.

    Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégré au secteur de l’information juridique.

    Pendant mes études de premier cycle à l'Université de Toronto (avec spécialisation en études médiévales), j'ai décroché un emploi à temps partiel comme préposé aux rayons à la bibliothèque de mon collège. J'ai su d'entrée de jeu que je voulais faire ma vie dans les bibliothèques, et je travaille dans le domaine de l'information, sous une forme ou une autre, depuis ce temps. Mes parents voulaient que je m'inscrive à une école de droit, ce que j'ai fait, et j'y ai été admis; j'ai toutefois tourné le dos au droit et j'ai opté plutôt pour la bibliothéconomie. Je n'ai jamais regretté mon choix – et j'ai fini par travailler dans le milieu du droit de toute façon!

    J'ai obtenu mon diplôme en bibliothéconomie des collections spéciales et des livres rares. Mon premier « véritable » emploi dans le domaine (après avoir travaillé un an dans une librairie) a été celui de bibliothécaire chargé des collections spéciales et professeur d'histoire de l'imprimerie à l'Université de Western Ontario. J'ai ensuite obtenu une bourse d'études supérieures pour aller étudier les « arts du livre » à l'Université de Cologne, en Allemagne. Je suis revenu au Canada après deux ans pour entreprendre un doctorat dans le domaine alors naissant des « études du livre » à Toronto. Lorsque j'ai quitté le programme de doctorat après trois ans (sans thèse), j'avais besoin d'un travail, et vite. La bibliothèque de droit de l'Université de Toronto (aujourd'hui la bibliothèque de droit Bora Laskin) avait besoin d'un catalogueur contractuel. Je n'avais jamais entendu parler de bibliothèques de droit, mais j'ai tout de même accepté cet emploi. J'y ai travaillé avec Rashid, qui m'a fourni une formation empreinte de rigueur et de discipline sur les subtilités de la bibliographie juridique et du contrôle de l'information. Je n'aurais pas pu demander de bases plus solides pour une carrière dans l'information juridique. J'ai eu le coup de foudre pour l'information juridique, et je n'ai jamais voulu retourner en arrière.

    J'ai depuis eu une carrière variée, mais toujours rattachée d'une quelconque façon à l'information juridique. Ce qui était un travail indépendant d'indexation à temps partiel pour Carswell est devenu un emploi à temps plein comme rédacteur juridique en chef et fondateur de la publication bilingue Index to Canadian Legal Literature/Index à documentation juridique au Canada. J'ai ensuite fait un retour dans les bibliothèques, d'abord comme bibliothécaire de référence à la bibliothèque de droit Bora Laskin, puis comme gestionnaire de bibliothèque dans un cabinet de droit de taille moyenne à Toronto; par après, je suis revenu au domaine de l'édition, cette fois dans l'édition électronique auprès de Lexis, pour enfin retourner dans les bibliothèques, en tant que directeur de bibliothèque pour un cabinet de droit important sur la rue Bay. Je crois que ma scolarité et mes expériences aussi variées m'ont fourni les bases parfaites pour le poste que j'occupe depuis 2007 à l’Osgoode Hall Law School de l’Université York, soit celui de bibliothécaire de droit en chef.

    En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (par ex. : bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

    Je suis tellement redevable à l'ACBD et à ses membres que je ne sais pas par où commencer! À l'époque où je travaillais pour Carswell, j'accompagnais habituellement l'équipe des ventes – Ken Barnett et Jim Lang – aux congrès des bibliothèques de droit. Ken et Jim m'ont montré à traiter nos clients comme des partenaires. J'ai pu nouer des relations avec les bibliothécaires de droit non seulement à titre de clients, mais aussi de collègues professionnels, et il ne s'est fallu que peu de temps avant que je ne les considère également comme des amis. Quand je suis revenu dans les bibliothèques de droit, j'avais déjà un réseau de soutien ici, à Toronto, mais aussi d'un bout à l'autre du pays. Ce sont des personnes avec qui j'ai travaillé et célébré, qui m'ont donné un coup de main et qui m'ont sorti du pétrin, de qui j'ai appris la grande majorité de ce que je sais et à qui je dois une bonne part de mon succès ultérieur.

    Quel est l’aspect de la profession de l’information juridique qui vous a étonné?

    Nous sommes comme un village. Partout au pays, que nous soyons bibliothécaires ou fournisseurs, nous parlons la même langue et nous nous connaissons, nous nous aidons et nous nous cherchons même les uns les autres. Je n'aurais jamais cru avoir autant d'amis à Calgary.

    L'autre aspect de la profession qui m'a étonné, c'est son côté conservateur. Comme Richard Susskind l'a dit : « Le droit a toujours été à l'avant‑garde de la tradition », et c'est ce conservatisme inhérent qui entrave le changement dans la profession.

    Quel conseil offririez-vous à une personne qui cherche à percer dans le secteur de l’information juridique?

    Ne vous attendez pas à tout savoir dès le début, et n'ayez pas peur de demander de l'aide : vous êtes entouré de collègues qui ne veulent que votre succès. Ne vous inquiétez pas trop du côté « juridique » : que vous soyez diplômé en droit ou non, il est question avant tout d'information. L'aspect juridique peut s'apprendre, tandis que les bonnes aptitudes de spécialiste de l'information relèvent du talent. Dans cette industrie, vous serez toujours respecté pour vos connaissances, donc consacrez l'essentiel de vos efforts à devenir un spécialiste de l'information. Enfin, ne perdez pas de vue le fait qu'il s'agit d'une « industrie » et que, en ce sens, l'économie et les affaires viendront toujours jouer un rôle important dans les services que nous fournissons.

    Quelle est la chose que les gens seraient étonnés d’apprendre à votre sujet?

    J'ai entrepris des cours de piano à l'âge adulte, et c'est tout un défi. J'admire les jeunes de 12 ans. Je ne pourrai jamais quitter mon emploi de jour pour aller me produire sur scène, mais c'est un rêve que je nourris.

  • 17 Jun 2016 11:57 AM | Helen Mok (Administrator)

    Joan Rataic-Lang
    Executive Director
    Toronto Lawyers Association

    Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

    My first year roommate at Queen’s remembers that on the first day I told her I wanted to be a librarian.  After getting my BA in History, I decided to live somewhere fun and go to school; hence I graduated from McGill with my MLIS in 1986.  I moved back home to Ontario and needed a job.  Sadly I did not end up in law because I sought it out but because there were 5 jobs in law libraries of various types in Toronto when I started applying—the chances were high that I would end up in one of them.  I had taken the Law Libraries course at McGill and worked in the law school library part-time for 2 years, so the managing partner at Aird & Berlis took a chance and hired me.  I have left the industry a few times, but always end up coming back. 

    How has being involved in CALL helped you professionally (e.g. scholarships & grants, continuing education, networking)?

    As a young, new librarian, CALL Conferences were an opportunity to learn, which made me a better librarian.  As I have become more seasoned, I have had the chance to be involved in other ways.  I have been on the planning committees for 2 conferences and was thrilled to give back.  The inner ham in me loves an audience so speaking opportunities give me an audience and, more importantly, a chance to share and hear/learn from others. 

    On the less formal side, the connections and relationships I have developed have been wonderful.  The support network that our community offers is excellent, and I always feel like I am part of something bigger. If I have a question, concern or issue, there’s always someone to talk to about it, be they in Vancouver, Toronto, Montreal or the Maritimes, and all the places in-between.

    What’s one change in the profession or industry that has been a challenge for you?

    The consolidation of publishers who need to make their shareholders happy.  I have a limited budget and struggle with providing the essentials in our library.

    What are three things on your bucket list?

    As some of you may know, in 2013 Connie Crosby and I walked the Camino de Santiago de Compostela.  I want to walk more, so my next walk will be the Camino Portugués.

    Get my CAE (Certified Association Executive) because in this job, I wear 2 hats and want to make sure that both of them fit equally well.

    To be a grandmother, oh no wait, that’s got to be on one of my kids’ lists, which means I get another one…

    To explore Italy.

    If you could take any CALL member (living or retired) for lunch, who would it be and why?

    Douglass T. MacEllven because when I became a law librarian at Aird & Berlis his book, Legal Research Handbook, was my go-to reference.  And because I am a nerd, I read every new edition.  The meal would be even better as a party including Margaret Banks (she wrote my other favourite legal research book, Banks on Using on Law Library) and those who have updated those classics: Neil Campbell, John Davis, and Karen Foti.  A party librarian-style.

    Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

    Ma colocataire en première année à l’Université Queen se souvient que je lui ai annoncé dès le premier jour que je voulais devenir bibliothécaire. Après avoir obtenu un baccalauréat en histoire, j’ai décidé de déménager dans une ville où l’on s’amuse et d’y poursuivre mes études; j’ai donc obtenu une maîtrise en bibliothéconomie et en science de l’information à l’Université McGill en 1986. Puis je suis revenue en Ontario où il me fallait travailler. Malheureusement, je ne suis pas arrivée dans le domaine du droit par choix, mais parce que cinq postes étaient offerts dans différentes bibliothèques de droit à Toronto quand j’ai commencé mes recherches d’emploi et qu’il y avait de grandes chances que je décroche l’un de ces postes. J’avais suivi le cours sur les bibliothèques de droit à McGill et travaillé dans la bibliothèque de la faculté de droit à temps partiel pendant deux ans, par conséquent l’associé directeur chez at Aird & Berlis a tenté sa chance et m’a embauchée. J’ai quitté le secteur plusieurs fois, mais j’y suis toujours revenue.

    En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (par ex: bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

    Lorsque j’étais jeune bibliothécaire débutante, les conférences de l’ACBD m’apprenaient beaucoup et me permettaient de m’améliorer dans mon travail. En prenant de l’expérience, j’ai eu l’occasion de m’impliquer dans l’Association autrement : j’ai siégé au comité de planification de deux conférences et ai été très heureuse de redonner ce que j’avais reçu. Le côté cabotin qui est en moi aime avoir un public; par conséquent, les occasions de parler en public me conviennent bien et chose plus importante encore m’offrent la chance de partager avec les autres et d’apprendre des autres.

    Du côté moins officiel, les connexions et les relations que j’ai nouées ont été extraordinaires. Le réseau de soutien offert par notre communauté est excellent et j’éprouve toujours le sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand. Si je me pose des questions ou me heurte à des inquiétudes ou des difficultés, je trouve toujours quelqu’un à qui en parler, que la personne se trouve à Vancouver, à Toronto, à Montréal, dans les Maritimes ou partout ailleurs dans le pays.

    Y a-t-il un changement relatif à la profession ou à l’industrie qui a présenté un défi pour vous?

    Le regroupement des éditeurs qui doivent faire plaisir à leurs actionnaires. Mon budget est limité et je me bats pour assurer les services essentiels dans notre bibliothèque.

    Indiquez trois choses qui figurent dans votre liste du cœur?

    Comme certains le savent déjà, en 2013, Connie Crosby et moi avons parcouru le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. J’aimerais marcher encore et suivre le Camino Portugués (chemin portugais) cette fois.

    Obtenir ma certification de directrice d’association (CAE), car à mon poste, je porte deux chapeaux et voudrais m’assurer que les deux chapeaux sont équilibrés.

    Être grand-mère; ou plutôt... ce souhait devrait plutôt faire partie de la liste de mes enfants... ce qui signifie que je peux citer un dernier rêve...

    Visiter l’Italie.

    Si vous pouviez inviter un membre de l’ACBD (actif ou retraité) à dîner, qui inviteriez-vous, et pourquoi?

    Douglas T. MacEllven, car son livre Legal Research Handbook était mon ouvrage de référence préféré lorsque j’ai débuté au poste de bibliothécaire de droit chez Aird & Berlis. Et parce que je suis une fanatique, je lis chaque nouvelle édition. Le dîner ressemblerait plutôt à une fête et j’y inviterais également Margaret Banks (elle a écrit mon autre ouvrage préféré de recherche en droit Banks on Using on Law Library) et toutes les autres personnes qui ont actualisé ces classiques : Neil Campbell, John Davis et Karen Foti.  Ce serait une soirée style bibliothécaire. 

  • 26 May 2016 11:06 AM | Helen Mok (Administrator)

    Bill C-11, An Act to amend the Copyright Act (access to copyright works or other subject-matter for persons with perceptual disabilities) had First Reading on March 24, 2016. The essence of Bill C-11 is to implement the goals of the Marrakesh Treaty in Canada, permitting certain reproductions of protected material to enable accessibility for persons with a print disability. To do so, Bill C-11 would make amendments to ss 32, 32.01, 32.02, and 41.16.

    The Marrakesh Treaty to Facilitate Access to Published Works for Persons Who Are Blind, Visually Impaired, or Otherwise Print Disabled was adopted by the World Intellectual Property Organization (WIPO) in June 2013. Canada is not a contracting party, but has adopted the goals of the treaty to strengthen the Copyright Act.

    CALL/ACBD welcomes the introduction of Bill C-11 and encourages its early passage and entry into force.

    Post written by Kim Nayyer

  • 26 May 2016 11:01 AM | Helen Mok (Administrator)

    A February 2016 ruling of the Copyright Board of Canada addresses s 70.15 (certification of tariffs) of the Copyright Act and, in particular, royalties sought by Access Copyright. The decision settled proposed tariffs in respect of reproductions in the K-12 sector, so does not directly engage law libraries or academic libraries. However, its relevance to CALL/ACBD and readers of this blog derives from its elucidation of fair dealing and the role of licenses.

    Objections were filed to the proposed tariffs by all Canadian provinces and territories affected, and arguments were heard by the Board in 2014. Procedurally and substantively, the matter flowed from the outcome of Alberta v Canadian Copyright Licensing Agency (Access Copyright), 2012 SCC 37, one of the 2012 decisions commonly known as the copyright pentalogy, and fair dealing guidelines published in response thereto.

    The Board confirmed that tariffs deal with copying in the abstract and not with individual instances of copying. The Board also concluded it appropriate to base a determination of royalty rates only on those works that Access Copyright already has legal authority to license reproductions of, or those already in Access’s repertoire, and not works that could potentially be in its repertoire.

    Michael Geist commented on the decision in a recent blog post.

    Post written by Kim Nayyer

  • 16 Apr 2016 1:50 PM | Helen Mok (Administrator)

    Rosalie Fox
    Director, Library & Information Management Branch
    Supreme Court of Canada

    Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

    I am definitely an accidental librarian.  After graduating with a BA (History) from Vassar College, I was working in an archival institution and wanted to take an archives course at McGill to improve my understanding of archival organization.  The Dean of the Library School at McGill convinced me to register for the Master’s program while I was deciding what to do with my life.  After graduating from McGill, I worked as a generalist in the Reference Services Section of the National Library of Canada.  It was a great training ground for a government library – we had access to a superb reference collection (remember those print indices and abstracting tools!) and to colleagues with great depth of knowledge in government documents.  That helped me get my next position as Head Librarian at the Federal Court of Canada.

    How has being involved in CALL helped you professionally?

    I joined CALL immediately upon starting at the Federal Court in 1989 and attended my first CALL conference in Vancouver in 1990.  That was also my last visit to Vancouver, so I am really looking forward to attending the conference this year.  CALL was both welcoming to a newbie and enlightening.  That first year the membership was still all fired up about the changes to the Canadian Abridgment, and a number of resolutions on the future of ICLL came out of that conference.  The atmosphere was charged, the sessions were stimulating, and I made a number of contacts among the judicial librarians that proved helpful to a new law librarian.  I was hooked.  Over the years, CALL has given back much more than I have contributed.  The association has given me a lobbying outlet when my own position made it difficult to deal with certain issues as a representative of my employer.  I have (partially) overcome my fear of public speaking—representing the Association as a Member-at-Large, a SIG Chair, and as President gave me ample opportunities to attend international conferences and make presentations.  And chairing CALL Executive Board meetings helps you hone your time management skills!

    What’s one change in the profession or industry you’ve embraced?

    Reading online has been a big adjustment, but I am slowly embracing the change.  The Supreme Court Library, like many other libraries, is reducing its reliance on print where an online equivalent is available in a stable and cost effective format.  I am even quite pragmatic about the preservation of the historical record – if the legal profession feels that information is critical for their work, legal information publishers and information management practitioners will figure out a way of preserving a digital record.  It may feel chaotic at the moment, but I am optimistic that the digital age will not be a black hole in the future.

    Who is your favourite library professional—living or dead, real or fictional?

    This is a really difficult question, because I have been influenced by so many wonderful librarians over the years.  And I have to confess, my second year of library school was spent tracking down mystery novels set in libraries (of the Dewey Decimated variety) so I do have some fictional favourites.  But if I had to choose, I would say Marianne Scott, the former National Librarian of Canada and a past president of CALL.  I had the privilege of working for Dr. Scott briefly in 1998-99, when I coordinated the Federal Libraries Consortium.  She was deeply committed to ensuring that the National Library of Canada had a world class collection in the social sciences and humanities and in Canadiana from around the world.  Years after her retirement, I met her at an IFLA Conference and asked why she was there (chairing a committee).  She said then, attending a conference without playing an active role in the association was just a ‘junket’ and that it was only through active participation that one got the full benefit of membership.  

    What’s your greatest professional success?

    Being elected to represent CALL as its President, without a doubt.  I have a great team at the Supreme Court Library, and any success there has to be attributed to the staff (ditto at Federal Court), but chairing the Executive Board for CALL was a personal high. 

    Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

    Je suis manifestement devenue bibliothécaire par accident. Après avoir obtenu mon B.A. (histoire) du collège Vassar, j’ai travaillé dans une institution d’archives et je voulais suivre un cours sur les archives à McGill afin d’améliorer ma compréhension des organisations d’archives. Le doyen de l’École de bibliothéconomie de l’Université McGill m’a convaincue de m’inscrire au programme de maîtrise pendant que je décidais de mon orientation future. Après avoir obtenu mon diplôme de l’Université McGill, j’ai travaillé en tant que généraliste au service des références à la Bibliothèque nationale du Canada. Cela m’a permis d’acquérir une solide formation pour occuper un poste de bibliothécaire gouvernemental – nous avions accès à une superbe collection d’ouvrages de référence (notamment les index imprimés et les outils d’abstraction) et à des collègues qui possédaient une connaissance approfondie des documents gouvernementaux. Cela m’a aidée à obtenir le poste bibliothécaire en chef à la Cour fédérale du Canada.

    En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

    Je me suis immédiatement jointe à l’ACBD lorsque j’ai commencé à travailler à la Cour fédérale en 1989 et j’ai assisté à ma première conférence de l’ACBD à Vancouver en 1990. C’était également ma dernière visite à Vancouver; par conséquent, j’ai vraiment hâte à la conférence de l’an prochain. L’ACBD s’est montrée accueillante et instructive pour une nouvelle comme moi. Durant la première année, les membres faisaient preuve d’un grand enthousiasme concernant les changements apportés au Canadian Abridgement, et de nombreuses résolutions sur l’avenir de l’IDJC ont été adoptées lors de cette conférence. L’atmosphère était chargée, et les séances étaient stimulantes. J’ai établi de nombreux contacts avec des bibliothécaires juridiques qui se sont avérés utiles dans mon travail de bibliothécaire en droit. J’étais conquise. Avec les années, l’ACBD m’a donné beaucoup plus d’avantages que ce que j’y ai contribué. L’Association m’a fourni des occasions de lobbyisme lorsqu’en raison de mon poste, il était devenu difficile de traiter de certains enjeux en tant que représentant de mon employeur. J’ai surmonté (partiellement) ma peur de parler en public en représentant l’Association comme membre à titre personnel, présidente du GIS et présidente, ce qui m’a donné de nombreuses occasions de participer à des conférences internationales et de faire des présentations. De plus, présider les réunions du conseil d’administration de l’ACBD m’a permis d’améliorer mes aptitudes en gestion du temps!

    Y a-t-il un changement relatif à la profession ou à l’industrie auquel vous vous êtes adaptée?

    Lire en ligne a été un gros ajustement, mais je m’habitue tranquillement. La bibliothèque de la Cour suprême, tout comme de nombreuses autres bibliothèques, réduit son utilisation des documents imprimés lorsque des publications en ligne équivalentes sont disponibles dans un format stable et rentable. Je fais également preuve de pragmatisme en ce qui a trait à la conservation des documents historiques – si les membres de la profession juridique croient que l’information est essentielle pour leur travail, les éditeurs d’information juridique et les praticiens en gestion de l’information trouveront un moyen de conserver le document en format numérique. Pour le moment, cela semble être le chaos, mais j’ai bon espoir que l’ère numérique ne sera pas un trou noir à l’avenir.

    Qui est votre professionnel de la bibliothéconomie favori, vivant ou décédé, réel ou fictif?

    Cela m’est difficile de répondre à cette question, parce que j’ai été influencée par de nombreux bibliothécaires compétents au fil des ans. Je dois avouer que durant ma deuxième année d’études en bibliothéconomie, je me suis consacrée à la recherche de séries de romans d’intrigue (classifiés selon le système Dewey) dans les différentes bibliothèques. Mais si je devais choisir, je dirais Marianne Scott, l’ancienne bibliothécaire de la Bibliothèque nationale du Canada et ancienne présidente de l’ACBD. J’ai eu le privilège de travailler avec Mme Scott brièvement en 1998-1999, alors que je coordonnais le Consortium des bibliothèques fédérales. Elle consacrait beaucoup d’énergie à s’assurer que la Bibliothèque nationale du Canada possède une collection de calibre mondial dans les domaines des sciences sociales et des humanités et en Canadiana de partout dans le monde. Plusieurs années après sa retraite, je l’ai rencontrée à une conférence de l’IFLA et lui ai demandé pourquoi elle y assistait (elle présidait un comité). Elle m’a alors dit que participer à une conférence sans jouer un rôle actif dans l’association ne constituait que des « voyages éclair » et que seule une participation active permettait de tirer entièrement parti de l’appartenance à l’association.  

    Quelle est votre plus grande réussite professionnelle?

    Être élue présidente pour représenter l’ACBD, sans aucun doute. Je dirige une équipe formidable à la bibliothèque de la Cour suprême et mon succès au sein de cette organisation doit être attribué au personnel (de même à la Cour fédérale), mais présider le conseil d’administration de l’ACBD constitue pour moi une grande réalisation personnelle.  

  • 18 Mar 2016 4:07 PM | Helen Mok (Administrator)

    Alicia Loo
    Manager, Legal Research and Client Services
    Library & Information Management Branch, Supreme Court of Canada

    Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

    I started my post-secondary studies studying French at UBC but ended up earning my undergraduate degree in International Relations.  This was followed by a year spent in China, learning the language and travelling around Southeast Asia while figuring out what to do next.  I knew I really enjoyed research, and I remembered how thrilled I was the first time the librarian at UBC’s Main Library introduced me to the Canadian Historical Review Index.  I had no idea such a tool existed; it made research so much easier and better. Upon my return to Canada, I put the two together and decided to pursue a career in special libraries. I was hired as a Social Science and Business Reference Librarian at the Metro Toronto Reference Public Library on Yonge & Bloor. It was an excellent training ground for a new grad, and I really enjoyed using the reference collection and helping the public navigate the statutes.  I moved to Ottawa and landed a full-time job with Statistics Canada, and when an opening came up at the Supreme Court of Canada, I applied and have been very fortunate to be here ever since.

    How has being involved in CALL helped you professionally?

    The network available to CALL members is unparalleled.  It is great to see familiar and new faces each year at our general meeting, but the contacts continue throughout the year because we are a sharing community. I recall my first CALL conference in Montreal and how great it was to meet librarians from all over the country.  The opportunities to be involved with the Association are endless.  I would have never thought I would become part of the Executive Board but here I am – understanding the work and making expenditure and investment decisions on behalf of our members.  This has been an eye opener.  The Association is really run by dedicated and caring individuals.  I have witnessed this among the Board members but also from every single committee and special interest group. 

    What’s your greatest professional success?

    I am humbled that I can come to work at an institution that is so well-respected in our country.  I have had the privilege to have worked with over 500 law clerks while at the Court.  It is rewarding to have been part of their introduction to new legal sources and to have been able to create new library-related services designed to save them time and improve their approach to research.

    What is one thing people would be surprised to know about you?

    People always do a double take when they hear me speak in Spanish.   During a recent dinner conversation, my kids mentioned how they were used to our multi-cultural upbringing. My ancestors are from China, but I was born in Peru and grew up in Canada so we embrace the best from these cultures: the food, customs, traditions, and sports— we are a soccer and hockey family.

    What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry?

    I have this quote on my desk which I find is applicable to anyone in our profession, new or experienced:

    “Welcome to the information age.  To survive, you need to handle information. You don’t need to memorize it.  You only have to know what is out there, and how to get it when you need it.  Moreover, as professionals, you are paid to know how to use the information once you have it.  

    In an information-based world, doing our jobs may require that we spend some part of each day learning. When you think about it, it’s not a bad thing.”

    Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

    J’ai commencé mes études postsecondaires par l’étude du français à l’Université de la Colombie-Britannique, mais ai fini par obtenir un diplôme de premier cycle en relations internationales. J’ai passé ensuite un an en Chine, où j’ai appris la langue et voyagé dans le Sud-est asiatique tout en réfléchissant à mon avenir. Je savais que j’aimais beaucoup la recherche, et je me souvenais de l’excitation ressentie la première fois que le bibliothécaire de la Main Library de l’Université de la Colombie-Britannique m’avait présenté l’index de la Canadian Historical Review. Je ne connaissais pas l’existence d’un tel outil; celui-ci facilitait et améliorait tellement les recherches. À mon retour au Canada, j’ai conjugué mes deux centres d’intérêt et décidé de poursuivre une carrière dans les bibliothèques spécialisées. J’ai été engagée comme bibliothécaire de référence en sciences sociales et en affaires à la Bibliothèque de référence de Toronto au coin des rues Yonge et Bloor. Cet emploi constituait une excellente formation pratique pour une nouvelle diplômée, et j’ai beaucoup aimé utiliser la collection de référence et aider le public à s’y retrouver dans les textes législatifs. J’ai déménagé à Ottawa et trouvé un emploi à temps plein à Statistique Canada. Lorsqu’un poste s’est présenté à la Cour suprême du Canada, j’ai posé ma candidature et ai beaucoup de chance d’être encore à ce poste aujourd’hui.

    En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

    Le réseau mis à la disposition des membres de l’ACBD est sans égal. Nous retrouvons les personnes que nous connaissons bien et découvrons de nouveaux visages chaque année à notre assemblée générale, mais nous restons en lien pendant tout le reste de l’année, car nous formons une communauté de partage. Je me souviens de la première conférence de l’ACBD à laquelle j’ai participé à Montréal et du bonheur de rencontrer des bibliothécaires issus de l’ensemble du pays. Les possibilités offertes en tant que membre de l’Association sont illimitées. Je n’aurais jamais imaginé faire partie du conseil d’administration, mais m’y voici aujourd’hui : je comprends mieux le travail de l’Association et je prends des décisions sur les dépenses et les investissements au nom des membres. Ce rôle m’a ouvert les yeux. L’Association est dirigée par des personnes extrêmement serviables et dévouées. J’ai été témoin de ce dévouement au conseil d’administration, mais également dans chacun des comités et des groupes d’intérêt spécial.

    Quelle est votre plus grande réussite professionnelle?

    Je suis reconnaissante de pouvoir travailler dans une institution très respectée dans notre pays. J’ai eu le privilège de collaborer avec plus de 500 juristes à la Cour. Ma contribution à leur découverte de nouvelles sources juridiques et à la création de nouveaux services de bibliothèque qui leur permettent de gagner du temps et d’améliorer leurs méthodes de recherche est très gratifiante.

    Quelle est la chose que les gens seraient étonnés d’apprendre à votre sujet?

    Les gens sont toujours étonnés de m’entendre parler espagnol. Au cours d’une conversation récente à table, mes enfants m’ont fait remarquer combien ils étaient habitués à notre éducation multiculturelle. Mes ancêtres sont chinois, mais je suis née au Pérou et j’ai grandi au Canada; ainsi, nous profitons du meilleur de ces cultures : la nourriture, les habitudes, les traditions et les sports – nous jouons au soccer et au hockey dans notre famille.

    Quel conseil offririez-vous à une personne qui cherche à percer dans le secteur de l’information juridique?

    Je pense à cette situation posée sur mon bureau qui s’applique selon moi à tout le monde dans notre profession, bibliothécaires débutants ou chevronnés :

    « Bienvenue dans l’ère de l’information.  Pour survivre, vous devez savoir gérer l’information. Vous n’avez pas besoin de la mémoriser. Vous devez seulement savoir qu’elle existe et comment y accéder quand vous en avez besoin. De plus, en qualité de professionnels, vous êtes rémunérés pour savoir comment utiliser l’information une fois que vous y avez accédé. 

    Dans un monde fondé sur l’information, nous pouvons être amenés, dans l’exercice de nos fonctions, à passer une partie de notre journée à apprendre. Quand on songe bien, ce n’est pas une mauvaise chose. » 

  • 18 Feb 2016 10:51 AM | Helen Mok (Administrator)


    Paul McKenna
    President, Public Safety Innovations Inc.

    Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

    I have a Master’s in Library Science from the Faculty of Library & Information Studies (FLIS) at the University of Toronto as well as a Master’s in Political Science from the University of Western Ontario. Also, I have a B.Ed. from the Ontario Institute for Studies in Education (OISE) at the University of Toronto and have completed course work toward a Ph.D. in Interdisciplinary Studies at Dalhousie University.

    Entry to the legal information industry came as a result of my studies at FLIS where a course on legal bibliography taught by Balfour Halevy proved both challenging and exciting. I had been working part-time while completing my MLS degree at the Centre of Criminology at the University of Toronto and turned that working experience to good advantage when a position came open for a cataloguer within the Osgoode Hall Law Library. I was successful in that competition and now had an opportunity to work with Balfour Halevy and the other professional librarians at Osgoode Hall Law School. 

    How has being involved in CALL helped you professionally?

    Early and extensive involvement with CALL was seen as essential for those working at the Osgoode Hall Law Library. I was encouraged to get involved in committee and sub-committee work and took this responsibility seriously. Also, attendance at CALL conferences was critical in providing me with excellent professional development opportunities, contact with a national network of colleagues, and a growing sense of professional engagement. I was also greatly assisted by an early gift from the Eunice Beeson Travel Fund. 

    What's one change in the profession or industry that you've embraced?

    The exponential expansion of legal research capacity best exemplified in the growing availability of digital tools has been something that I have embraced on a deep and dedicated level. This has allowed me to develop and deploy my research knowledge, skills, and abilities in ways that support an ongoing consulting practice as well as facilitating graduate-level teaching in the School of Information Management at Dalhousie University. 

    What's one blog, website or Twitter account that you can't go one day without checking?

    If pressed to choose just one, I would have to say that my 'go to' spot is the website for the Police Executive Research Forum (PERF) in Washington, DC. They produce (among other things) a 'Daily Clips' feature that keeps me alert to developments in the world of policing and public safety where I have focused my consulting practice. It includes American, Canadian, and British items that touch on critical issues and developing themes.

    What was your first job or first library-related job?

    My first (true) library-related job was with the United Church of Canada Archives which were housed in Emmanuel College at Victoria University. I was tasked with cataloging rare archival materials and my work was done under a bare light bulb suspended from the ceiling of an extremely tiny vault in the Archivist-Historian's office. I also worked in the E.J. Pratt Library at Victoria University as an undergraduate English major. This is, however, quite significant as it's where I met my future wife and life partner, Lee Simpson.

    Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégré au secteur de l’information juridique.

    Je possède une maîtrise en bibliothéconomie de la faculté de sciences bibliothécaires et d’information (FLIS) de l’Université de Toronto ainsi qu’une maîtrise en sciences politiques de l’Université Western. J’ai également obtenu un B. Éd. de l’Ontario Institute for Studies in Education (OISE) de l’Université de Toronto et j’ai terminé les cours en vue de l’obtention d’un doctorat en études interdisciplinaires à l’Université Dalhousie.

    J’ai fait mon entrée dans le secteur de l’information juridique à la suite des mes études à la FLIS, alors que Balfour Harvey enseignait un cours sur les bibliographies juridiques, que j’ai trouvé à la fois difficile et stimulant. Je travaillais à temps partiel au centre de criminologie de l’Université de Toronto pour terminer ma maîtrise en bibliothéconomie et j’ai tiré pleinement avantage de cette occasion en postulant à un poste de catalographe qui était vacant à la bibliothèque de droit Osgoode Hall. J’ai été embauché et ai eu l’occasion de travailler avec Balfour Halevy et d’autres bibliothécaires de la bibliothèque de droit Osgoode Hall. 

    En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel?

    Une collaboration précoce et approfondie avec l’ACBD était considérée comme essentielle pour les employés de la bibliothèque de droit Osgoode Hall. On m’a encouragé à participer aux travaux du comité et des sous-comités et j’ai pris cette responsabilité très au sérieux. Également, la participation aux conférences de l’ACBD a rempli un rôle crucial en me fournissant d’excellentes occasions de perfectionnement professionnel, des contacts avec un réseau national de collègues et un sens croissant d’engagement professionnel. J’ai également reçu de l’aide financière du fonds de voyage Eunice Beeson. 

    Y a-t-il un changement relatif à la profession ou à l’industrie auquel vous vous êtes adapté?

    L’expansion exponentielle de la capacité de recherche en droit, dont le meilleur exemple constitue la disponibilité croissante des outils numériques, est un changement auquel je me suis entièrement ajusté. Cela m’a permis d’approfondir et d’utiliser mes connaissances, mes aptitudes et mes capacités en recherche de manière à diriger une pratique d’expert-conseil tout en donnant des cours au niveau des études supérieures à l’École de gestion de l’information de l’Université Dalhousie. 

    Y a-t-il un blogue, un site Web ou un compte Twitter que vous ne pouvez pas négliger de consulter tous les jours?

    Si on me force à n’en choisir qu’un, je dirais que le site à ne pas manquer est le site Web du Police Executive Research Forum (PERF) de Washington, DC. Ce site produit (entre autres) un article vedette intitulé « Daily Clips » qui me tient au courant des nouveautés dans le domaine policier et de la sécurité publique, soit le domaine dans lequel ma pratique d’expert-conseil est spécialisée. Il comprend des renseignements sur des sujets américains, canadiens et britanniques qui ont trait à des enjeux importants et des thèmes émergents.

    Quel a été votre premier emploi, ou votre premier emploi dans le domaine de la bibliothéconomie?

    Mon premier (vrai) emploi dans le domaine des bibliothèques a été aux archives de l’Église Unie du Canada, qui se trouvaient dans les locaux du Emmanuel College de l’Université Victoria. Mes tâches consistaient à cataloguer des documents d’archives rares et je travaillais sous une ampoule nue suspendue au plafond d’une voûte extrêmement exigüe située dans le bureau de l’archiviste-historien. J’ai également travaillé à la bibliothèque E.J. Pratt de l’Université Victoria durant mes études au baccalauréat spécialisé en anglais. Cependant, cette période a été marquante dans ma vie, car j’ai rencontré ma future femme et partenaire de vie, Lee Simpson.

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2015 Canadian Association of Law Libraries
200-411 Richmond Street East, Toronto, ON     M5A 3S5   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software