Five Questions with Kirsten Clement

26 Nov 2018 1:46 PM | Stef Alexandru (Administrator)

version française ci-dessous.
Kirsten Clement
, Research Librarian | Library of Parliament


1. Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

My undergraduate studies kind of belie the fact that I have always had a lot of interests: I double majored in archaeology and anthropology and double minored in French and geography. I really wasn’t sure exactly what I wanted to do after my BA – I thought about continuing to pursue academia, or going to teacher’s college, but nothing really felt quite right. I learned in my fourth year that I was being offered an Ontario Graduate Scholarship worth $15,000 to pursue any graduate degree I wished, so I began looking around for programs that felt like they would pull together my various interests and love of research into something that could translate into a career. I narrowed it down to a Masters of Journalism or a Masters of Library and Information Science, and ultimately chose the latter – something for which I am very grateful, in hindsight!

After completing my MLIS, I worked for a number of years in public libraries, most notably as the Young Adult Librarian at Brantford Public Library. After the birth of my first son, I elected not to return to work for a few years. I had a second son and enjoyed being a stay at home mom to them, while continuing to pursue freelance work in the library field as a long-distance teacher and occasional course author for courses offered through the Southern Ontario Library service.

My family situation abruptly changed in 2014, and I found myself in a position of needing to be back in the workforce as soon as possible. I applied to a variety of jobs in the library field and was fortunate enough to land a role as the Law Librarian for the Hamilton Law Association.  Despite my lack of legal librarianship background, the Executive Director saw something in me and took a chance. I quickly fell in love with the law and with all aspects of legal librarianship and have not looked back!

In 2017, for personal reasons, my sons and I planned to move to Ottawa, and I began applying for jobs there. When I came across a posting for research librarians with the Library of Parliament, it literally sounded like my dream job! After a long series of assorted testing, vetting, interviews and second language tests, I was thrilled to be hired and began my work with the Library in July 2017. I am currently assigned to the Justice and National Security section, which allows me to use and further hone my skills as a law librarian.

2. How has being involved in CALL helped you professionally (e.g. scholarships & grants, continuing education, networking)?

In 2016, I had the opportunity to attend the New Law Librarians Institute at the University of Ottawa. It was a phenomenal experience for me both in terms of professional development and networking and it really opened my eyes to the many types of environments where law librarians work. I found it provided an excellent grounding both in many substantive aspects of the law and in terms of legal librarianship skills development, and it really made me feel more confident in the way I approached my job. I have stayed connected with a number of people I met through NLLI and am even co-chairing the National Capital Association of Law Librarians (NCALL) with one of them, a law librarian at the Supreme Court, this year!

I also had the chance to attend my first CALL conference in Halifax this past May, which was also an inspiring and engaging learning opportunity and a real chance to almost get an even broader aerial view of trends and issues in the legal information profession. 

3. What was your first job or your first library-related job?

The summer after my second year of university, I was looking for a summer job. I went to this job connect place in downtown Hamilton and was flipping through a binder of opportunities. There was one that was a Summer Reading Program worker with Hamilton Public Library, which looked really interesting, but I was disappointed to see that I had missed the application deadline by one day. I did up a resume for it anyway, not expecting anything, and applied for some other jobs too. I heard nothing and, feeling the pressure to find SOME work, ended up taking a job washing windows – which was awful, since I am not a fan of ladders! After I had been at that job one week, and was feeling pretty down about it all, I got a call out of the blue from a manager at HPL saying that one of their candidates for the Summer Reading Program workers had backed out and even though I had applied late, was I interested? I quit the window washing gig that afternoon and started with HPL the following Monday! It was a fantastic experience and definitely a game changer for me – I went back to university in the fall and got a part-time job at the University library, all of which ultimately contributed to my decision to do my MLIS.

4. What is one thing that’s surprised you about the legal information profession?

Because my start was in public libraries, I think for a while that was where I figured I would stay – by default, almost. Certainly, back when I was a recent MLIS grad, law librarianship wasn’t really on my radar, despite the one law libraries course I took in the course of the degree. The law seemed like something huge and intimidating – and those who worked in the law seemed likewise intimidating (we all know the lawyer stereotypes!). What has consistently surprised and impressed me is how tremendously collaborative this profession is. My interactions with other law librarians and with lawyers and other legal experts over the past few years have been virtually categorically positive, constructive, and helpful. Whether through conferences, associations or listservs, legal information professionals are so willing to contribute to each other’s development and to help each other out. It extends beyond law librarians, too: in my job, there are frequently very short, intense deadlines, and being able to reach out to a colleague in another part of the country for court documents, a legal analyst down the hall for their thoughts on how to approach a question, or counsel on case that is of interest to a parliamentary committee for a key piece of information, I have found a real team mentality to working in the law that has surprised me and continues to impress me. I hope I am able to actively contribute to that collaboration too.

5. What are three things on your bucket list?

I was born in the Australian Outback (to Canadian parents – my dad was doing his PhD at the University of Queensland at the time) and we came back to Canada permanently when I was just under two years old. I have never been back. One day I want to go and see the town where I was born as well as other parts of Australia!

My primary hobby outside of work and family is running. I have been a runner since I was 11 years old, mostly a recreational one after the days of high school cross country, but then I got into marathoning about six years ago and just fell in love with it. In 2015, I qualified for the Boston Marathon, which I ran in 2016.  It was an experience like no other, and it left me hungry to re-qualify and go back one day! I would also love to experience some marathons in other countries and other parts of Canada.

My biggest bucket list item is to raise strong, happy, confident kids who aren’t afraid to work hard, love hard, and chase down their dreams. I have two amazing sons (7 and 9) and two amazing stepdaughters (9 and 11) and the greatest privilege in my life is getting to witness and hopefully positively inspire the people they are becoming!

Kirsten Clement, Bibliothécaire de recherche | Bibliothèque du Parlement

1. Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l'information juridique.

Mes études de premier cycle ne cachent pas vraiment le fait que je me suis toujours intéressée à une multitude de choses. Je détiens une double majeure en archéologie et en anthropologie et une double mineure en français et en géographie. Comme je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire après mon baccalauréat, je me suis dit que je pourrais poursuivre une carrière universitaire ou faire une formation en enseignement, mais je n’étais pas réellement convaincue. Au cours de ma quatrième année de baccalauréat, j’ai appris qu’on m’offrait une bourse d’études supérieures de l’Ontario d’une valeur de 15 000 $ afin de poursuivre un programme d’études de mon choix. J’ai donc commencé à examiner les programmes qui conciliaient mes différents intérêts et ma passion pour la recherche et qui pourraient se traduire par une carrière. Après avoir procédé par élimination, mes deux possibilités étaient une maîtrise en journalisme ou une maîtrise en bibliothéconomie et en sciences de l’information. J’ai opté pour la dernière et, en rétrospective, je suis très reconnaissante d’avoir choisi ce domaine!

Après l’obtention de ma maîtrise, j’ai travaillé pendant plusieurs années dans des bibliothèques publiques, notamment en tant que bibliothécaire pour les jeunes adultes à la bibliothèque municipale de Brantford. Après la naissance de mon premier fils, j’ai décidé de ne pas retourner au travail avant quelques années. J’ai eu un deuxième garçon et j’aimais bien rester à la maison pour m’occuper de mes enfants tout en continuant à travailler à la pige dans le domaine de la bibliothéconomie, à titre d’enseignante de formation à distance et occasionnellement de conceptrice de cours offerts par les Services des bibliothèques de l’Ontario Sud.

Ma situation familiale a ensuite brusquement changé en 2014, et je me suis retrouvée dans un contexte où je devais réintégrer le marché du travail le plus rapidement possible. J’ai postulé pour différents emplois en bibliothéconomie et j’ai eu la chance de décrocher un poste de bibliothécaire juridique pour la Hamilton Law Association. Malgré mon manque d’expérience en bibliothéconomie juridique, la directrice générale avait vu quelque chose en moi et décida de prendre un risque. J’ai rapidement été séduite par le droit et tous les aspects de la bibliothéconomie juridique, et je n’ai jamais eu de regrets!

En 2017, j’ai envisagé de déménager à Ottawa avec mes fils pour des raisons personnelles et j’ai commencé à postuler pour des emplois. Lorsque je suis tombée sur l’offre pour le poste de bibliothécaire de recherche à la Bibliothèque du Parlement, cela me paraissait littéralement comme mon emploi de rêve! Après une longue série de tests, de sélections, d’entrevues et d’examens d’évaluation de langue seconde, j’étais très heureuse d’obtenir le poste et j’ai commencé à y travailler en juillet 2017. Je suis actuellement affecté à la division Justice et sécurité nationale, ce qui me permet d’utiliser et de perfectionner mes compétences en tant que bibliothécaire juridique.

2. En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (p. ex. bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

En 2016, j’ai eu l’occasion d’assister à l’Institut pour les nouveaux bibliothécaires de droit (NLLI) à l’Université d’Ottawa. L’expérience a été phénoménale pour moi sur le plan du perfectionnement professionnel et du réseautage, et cela m’a vraiment ouvert les yeux quant aux nombreux milieux dans lesquels évoluent les bibliothécaires de droit. Cette formation m’a permis d’acquérir une base solide sur les nombreux aspects essentiels du droit et de perfectionner mes compétences en bibliothéconomie juridique. Cette expérience m’a aussi permis d’acquérir une plus grande confiance dans la façon d’aborder mon travail. Je suis restée en contact avec quelques personnes que j’ai rencontrées lors cet événement, et je suis même coprésidente de l’Association des bibliothécaires de droit de la capitale nationale cette année avec une de ces personnes, une bibliothécaire de droit à la Cour suprême!

J’ai également eu la chance de prendre part à mon premier congrès de l’ACBD à Halifax, en mai dernier. Ce fut une occasion d’apprentissage inspirante et stimulante et une grande opportunité pour obtenir une perspective encore plus vaste des tendances et des problèmes de la profession en information juridique.

3. Quel a été votre premier emploi ou votre premier emploi lié à la bibliothéconomie?

Je me suis mise à la recherche d’un emploi au cours de l’été après ma deuxième année d’université. Je me suis rendue dans un service de Connexion Emploi au centre-ville de Hamilton et j’ai parcouru un cartable contenant de nombreuses offres d’emplois. Parmi ces offres, celle d’un(e) préposé(e) pour le programme de lecture d’été à la bibliothèque municipale de Hamilton me semblait très intéressante, mais j’étais déçue de constater que j’avais raté d’une journée la date limite pour l’envoi des demandes d’emploi. J’ai tout de même envoyé mon c.v. sans rien attendre, et j’ai postulé pour d’autres emplois. Comme je n’avais pas de nouvelles et que je ressentais une CERTAINE urgence de me trouver un emploi, j’ai fini par accepter un emploi de laveuse de vitres – ce qui était un travail atroce puisque je ne suis pas une adepte des échelles! Après une semaine au travail où je me sentais plutôt malheureuse, j’ai reçu un appel inattendu de la part d’un responsable de la bibliothèque municipale pour m’informer qu’un des candidats retenus pour le programme de lecture d’été s’était désisté et pour savoir si le poste m’intéressait même si j’avais postulé en retard. J’ai quitté mon emploi de laveuse de vitres l’après-midi même, et j’ai commencé à travailler à la bibliothèque le lundi suivant! L’expérience a été fantastique et a indéniablement changé la donne pour moi – je suis retournée à l’université à l’automne et j’ai trouvé un emploi à temps partiel à la bibliothèque de l’université. Tous ces facteurs ont finalement pesé dans ma décision de faire une maîtrise.

4. Qu’est-ce qui vous a surpris dans le domaine de l’information juridique?

Étant donné que j’avais fait mes débuts dans les bibliothèques publiques, je pensais rester dans ce milieu, du moins presque par défaut. Certes, en tant que jeune diplômée de maîtrise, la bibliothéconomie juridique ne faisait pas partie de mes intérêts même si j’avais suivi un cours sur les bibliothèques de droit pendant mes études. Le droit m’apparaissait comme un milieu immense et intimidant, et les personnes qui travaillaient dans ce domaine semblaient également intimidantes (on connaît tous les clichés sur les avocats!). Je suis toujours surprise et impressionnée par la grande collaboration qui règne au sein de cette profession. Mes échanges avec des bibliothécaires de droit, des avocats et d’autres experts juridiques au cours des dernières années ont été presque complètement positifs, constructifs et utiles. Que ce soit par le biais de conférences, d’associations ou de listes de diffusion, les professionnels de l’information juridique sont toujours prêts à contribuer au développement de chacun et à s’entraider. Cela va aussi bien au-delà des bibliothécaires de droit. Dans le cadre de mon travail, les délais sont souvent très courts et intenses. Il m’arrive de contacter un collègue dans une autre région du pays pour obtenir des documents judiciaires, un analyste juridique près de mon bureau pour connaître son point de vue sur la façon d’aborder une question ou un avocat pour obtenir un renseignement important sur un dossier auquel s’intéresse un comité parlementaire. Je trouve qu’il y a véritablement une mentalité d’équipe dans le travail associé au droit. Cette collaboration m’a surprise et ne cesse de m’impressionner. J’espère que je pourrai également contribuer activement à cette collaboration.

5. Quelles sont trois choses que vous aimeriez faire avant de mourir?

Je suis née dans l’Outback australien (de parents canadiens; mon père faisait un doctorat à l’Université du Queensland à l’époque) et ma famille est revenue au Canada pour y vivre de façon permanente alors que j’avais à peine deux ans. Je n’y suis jamais retournée. J’aimerais bien y retourner un jour pour voir la ville où je suis née et aussi visiter d’autres régions de l’Australie!

En dehors du travail et de la famille, mon passe-temps principal est la course à pied. Je pratique ce sport depuis l'âge de 11 ans, surtout de façon récréative depuis le secondaire où je courais sur l’équipe de cross-country. Cependant, je me suis mise à la distance de marathon depuis environ six ans et je suis devenue une adepte. Je me suis qualifiée pour le marathon de Boston en 2015, et j’y ai participé en 2016. Ce fut une expérience exceptionnelle, et j’ai l’envie de me qualifier à nouveau pour le refaire un jour! J’aimerais aussi faire des marathons dans d’autres pays et ailleurs au Canada.

Ma plus grande priorité est d’élever des enfants forts, heureux et sûrs d’eux qui n’ont pas peur de travailler dur, d’aimer sans fin et de poursuivre leurs rêves. J’ai deux fils extraordinaires (7 et 9 ans) et deux belles-filles extraordinaires (9 et 11 ans), et le plus grand privilège dans ma vie est de les voir grandir et de pouvoir les inspirer de manière positive!

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
402-150 Eglinton Avenue East, Toronto, ON     M4P 1E8   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software