Five Questions with Jacob Ericson

17 Dec 2018 1:49 PM | Stef Alexandru (Administrator)

version française ci-dessous.
Jacob Ericson
, Legal Information Specialist | Stewart McKelvey

1. Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

I got my bachelors of liberal arts in Medieval Studies from the University of Virginia. I’ve always had a love for history and literature. I also had a background in photography, so when I saw a job advertisement for a position in the rare books library at UVa for a student with photography skills, I immediately applied. I worked for Digitization Services at the University of Virginia for three years scanning materials from the rare books collection, including maps, old World War II posters, and even a few cuneiform tablets! I loved that job, so when it came time for me to graduate, I asked my supervisor what I needed to work in a rare books collection full time. She suggested I get an MLIS. At the time I was also considering law school, as the law had always been something I was interested in studying. I ended up deciding to pursue an MLIS at Dalhousie University, and there I took a course on Legal Information. The legal information profession is the perfect melding of my interests, so the rest, you could say, is history. 

2. How has being involved in CALL helped you professionally (e.g. scholarships & grants, continuing education, networking)?

I’ve only been a member in good standing of CALL for a year but it has already had a profound impact on my career. First, I attended this year’s CALL conference in Halifax and had an amazing time. I met a lot of amazing people, including a group of my peers in the New Professionals Special Interest Group. Connecting with a group of newer law librarians, whose stories and experiences were similar to my own, helped me feel far more at home in my chosen profession. After the conference I also attended the New Law Librarians Institute (“NLLI”), which is organized by CALL. The NLLI, which was held in Calgary this year, is designed to help supplement new law librarians’ legal knowledge so that they can better serve their clients. I attended many courses, taught by law professors and librarians, which provided me with a lot of technical legal information that I’ve found incredibly helpful in my job at Stewart McKelvey.

3. What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry?

The biggest piece of advice I can give to any prospective law librarian is to network. While pursuing my MLIS, I heard time and time again that networking was the key to success as a librarian, and my experiences after graduation have definitely proved that point. While you are looking for a job, networking helps you make connections and get your name out there. This can lead to job offers, advice, and support. After you get your first job as a law librarian, networking remains important. Those same connections that helped me apply for, and get, my first job are now my colleagues, and I reach out to them frequently for help and advice. Networking doesn’t have to be hard either. Some of my favourite networking experiences involved a bunch of people in a pub drinking beer. It isn’t painful unless you make it that way! CALL is an amazing resource for networking. Between the listservs, Special Interest Groups, and the annual conference there are many resources available to get you connected to what is a surprisingly tight knit group of professionals Canada-wide.

4. Who is your favourite library professional—living or dead, real or fictional?

I would have to say that Giles from Buffy the Vampire Slayer is my favourite fictional library professional. I can probably owe my interest in librarianship, at least somewhat, to the portrayal of the profession in Buffy the Vampire Slayer. Giles was stuffy, traditional, and somewhat boring at first glance, but he was also a heroic figure who trained and fought alongside Buffy as she faced the forces of darkness. Any time a new enemy appeared, Buffy, Giles, and the rest of the gang always started their fight by doing research in the library. This show taught me how important well executed research is to solving a problem. Dozens of episodes showed that with a little research and preparation, even the most impossible situations can suddenly become trivial. Buffy the Vampire Slayer, and the character of Giles, showed a young me that there is magic to information if you only know how to find and correctly use it.

5. Where do you see our industry and/or profession in 10 years?

Our profession is slowly catching up to the rest of the information world by becoming more digital. Fields such as Health Information have been relying on digital information for years, whereas the legal information field is only now starting to catch up. The way law firms function is changing as well, as more firms push for environmentally responsible footprints and shrinking office spaces. This reduced space means a reduced physical library collection, but we are still relied upon to provide the same quality of service as ever. Therefore, digital resources and technology are becoming not only assets but necessities. There is a lot of room in this growing focus on technology for librarians to assert their worth. A lot of my responsibilities at Stewart McKelvey don’t involve what would be traditionally seen as a “library work.” I do research, and yes I even shelve books, but I also spend a large percentage of my time doing knowledge management and crunching numbers in Excel. At the end of the day, our jobs as librarians aren’t as custodians of books, but as “masters” of information. That’s what the title of our degree really means. We understand information, and we are living in what is often being coined as the “Information Age.” As long as we continue to leverage our experience, our profession should continue to be, not only relevant, but crucial.

Jacob EricsonSpécialiste de l’information juridique | Stewart McKelvey

1.      Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégré au secteur de l’information juridique.

J’ai obtenu mon baccalauréat en arts libéraux, études médiévales, de l’Université de Virginie. J’ai toujours été passionné par l’histoire et la littérature. J’avais aussi une formation en photographie. Alors que j’étais aux études, j’ai vu une offre d’emploi pour un poste d’étudiant à la bibliothèque de livres rares de l’UVa qui demandait des compétences en photographie. J’ai immédiatement postulé et j’ai travaillé pendant trois ans aux services de numérisation de l’Université de Virginie à numériser des documents de la collection de livres rares, notamment des cartes, de vieilles affiches de la Seconde Guerre mondiale et même quelques tablettes cunéiformes! Comme j’adorais ce travail, j’ai demandé à ma superviseure ce que je devais faire pour travailler dans le domaine des collections de livres rares à temps plein une fois mon diplôme en poche. Elle m’a suggéré d’obtenir une maîtrise en bibliothéconomie et en science de l’information. À l’époque, je pensais aussi poursuivre mes études en droit puisque ce domaine m’intéressait depuis longtemps. J’ai finalement choisi de faire une maîtrise en bibliothéconomie et en science de l’information à l’Université Dalhousie au cours de laquelle j’ai suivi un cours en information juridique. La profession de l’information juridique correspond parfaitement à mes centres intérêt. Et voilà pour la petite histoire.

2.      En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (p. ex. bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

Je suis membre en règle de l’ACBD depuis seulement un an, mais cela a déjà eu un grand impact sur ma carrière. Tout d’abord, j’ai assisté au congrès annuel de l’ACBD à Halifax où j’ai vécu une expérience formidable. J’ai rencontré un tas de gens extraordinaires et des collègues faisant partie du Groupe d’intérêt spécial des nouveaux professionnels. Le fait d’établir des liens avec un groupe de nouveaux bibliothécaires juridiques, dont les histoires et les expériences personnelles étaient semblables aux miennes, m’a permis de me sentir beaucoup plus à l’aise dans la profession que j’ai choisie. Après ce congrès, j’ai également participé à l’Institut pour les nouveaux bibliothécaires de droit (NILL) organisé par l’ACBD. Le NLLI, qui avait lieu à Calgary cette année, vise à compléter les connaissances juridiques des nouveaux bibliothécaires juridiques afin qu’ils puissent mieux servir leurs clients. J’ai suivi de nombreux cours donnés par des professeurs de droit et des bibliothécaires juridiques, ce qui m’a permis d’acquérir une foule de connaissances techniques et juridiques qui me sont extrêmement utiles dans mon travail chez Stewart McKelvey.

3.      Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui cherche à percer dans l’industrie de l’information juridique?

Le meilleur conseil je peux donner à tout futur bibliothécaire juridique est de faire du réseautage. Lors de mes études à la maîtrise, j’ai très souvent entendu dire que le réseautage était la clé du succès lorsqu’on est bibliothécaire, et mes expériences après l’obtention de mon diplôme en sont la preuve manifeste. Lorsque vous êtes à la recherche d’un emploi, le réseautage vous aide à tisser des liens et à faire circuler votre nom. Cette démarche peut entraîner des offres d’emploi, des conseils et du soutien. Après avoir décroché votre premier emploi comme bibliothécaire juridique, il est important de continuer à faire du réseautage. Les personnes qui m’ont aidé à postuler pour mon premier emploi sont maintenant mes collègues, et je les contacte souvent pour leur demander de l’aide ou des conseils. Le réseautage ne devrait pas non plus être une corvée. Certaines de mes expériences de réseautage préférées ont lieu dans un pub où les personnes discutent en buvant une bière. Ce n’est pas difficile si vous ne compliquez pas les choses! L’ACBD est une ressource incroyable pour le réseautage. Entre les serveurs de listes, les groupes d’intérêt spécial et le congrès annuel, de nombreuses ressources sont disponibles pour que vous puissiez rencontrer un groupe de professionnels étonnamment bien uni partout au Canada.

4.      Qui est votre professionnel de la bibliothéconomie favori, qu’il soit vivant ou décédé, réel ou fictif?

Je dirais que Rupert Giles, dans la série télévisée Buffy contre les vampires, est mon bibliothécaire fictif favori. Je dois probablement mon intérêt pour la bibliothéconomie, au moins quelque peu, à la représentation de la profession dans cette série fantastique. À première vue, Giles avait l’air coincé, conservateur et un peu plate, mais il était également une figure héroïque qui s’entraînait avec Buffy et se battait à ses côtés contre les forces des ténèbres. Chaque fois qu’un nouvel ennemi faisait son apparition, Buffy, Giles et toute la clique commençaient toujours leur combat en faisant des recherches à la bibliothèque. Cette série m’a appris à quel point une recherche bien menée est indispensable pour résoudre un problème. Des dizaines d’épisodes ont montré qu’avec un peu de recherche et de préparation, même les situations les plus impossibles peuvent soudainement devenir insignifiantes. Buffy contre les vampires et le personnage de Giles m’ont montré, alors que j’étais tout jeune, que l’information peut être magique si vous savez comment la trouver et l’utiliser correctement.

5.      Où voyez-vous notre industrie ou la profession dans dix ans?

Notre profession rattrape lentement le reste du monde de l’information en s’ouvrant davantage à la numérisation. Les domaines comme l’information sur la santé reposent sur l’information numérique depuis des années, alors que le domaine de l’information juridique commence tout juste à les rattraper. La façon de faire des cabinets d’avocats évolue également à mesure qu’ils sont de plus en plus nombreux à vouloir adopter une approche écoresponsable et réduire les espaces de travail. La réduction de l’espace signifie que les collections physiques des bibliothèques doivent aussi être réduites. Cependant, nous devons toujours offrir la même qualité de service. Par conséquent, la technologie et les ressources numériques deviennent non seulement des actifs, mais aussi des besoins essentiels. L’intérêt grandissant accordé à la technologie offre de grandes possibilités aux bibliothécaires pour faire valoir leur efficacité. Une grande partie de mes responsabilités chez Stewart McKelvey n’ont rien à voir avec ce que l’on considère conventionnellement comme du « travail de bibliothécaire ». Je fais de la recherche et, oui, je classe des livres, mais je passe aussi une grande partie de mon temps à faire de la gestion du savoir et à effectuer des calculs dans Excel. En fin de compte, notre travail comme bibliothécaire ne consiste pas à être des gardiens de livres, mais plutôt à être des « maîtres » de l’information. C’est ce que le titre de notre diplôme signifie réellement. Nous comprenons l’information et nous vivons dans ce que l’on qualifie souvent comme « l’ère de l’information ». Tant que nous continuerons à miser sur notre expérience, notre profession devrait rester non seulement pertinente, mais aussi indispensable.

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
402-150 Eglinton Avenue East, Toronto, ON     M4P 1E8   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software