Five Questions with Iain Sinclair

25 Feb 2020 2:18 PM | Anonymous

version française ci-dessous.

Iain Sinclair, Knowledge Manager | Stewart McKelvey

1.         Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

I did an undergraduate degree at the University of King’s College in my hometown of Halifax, majoring in political science and economics. After working and travelling for a few years, I enrolled at the University of Toronto Faculty of Law. Following graduation, I worked for a few years at a law firm on Bay Street, but eventually decided that private practice was not the life for me. I had worked in university libraries throughout my undergraduate degree, as well as at Nova Scotia’s Provincial Library prior to law school, and really enjoyed the library environment. So I decided to go back to school to obtain a library degree, which I completed at the University of Sheffield. I then worked at the Patrick Power Library at Saint Mary’s University in Halifax for about a year when a friend advised me of a library position at Stewart McKelvey in Saint John. I was keen to put my legal training to use in a library environment so applied for the position and was successful. I’ve been with Stewart McKelvey for over 21 years now.

2.         How has being involved in CALL helped you professionally (e.g. scholarships & grants, continuing education, networking)?

As a solo librarian and the only private law firm librarian in New Brunswick, I was very fortunate to have Cyndi Murphy as a colleague and mentor from our Halifax office. She had ensured that the firm’s job description for my position included funding for membership in CALL and attendance at the annual CALL conferences. My first CALL conference was the site of the 2020 conference - Hamilton - and I met people there who I am still in touch with today, both on a professional and personal level. CALL has been vital in allowing me to develop a contact network of fellow legal information professionals. This network has allowed me to achieve a performance standard at my work that would not otherwise have been possible. In addition to the personal contacts I have made through CALL, attendance and participation at the annual conference has greatly contributed to my professional development. Volunteering for a variety of positions with CALL over the years, including various special interest groups, committees, and the CALL executive, has also contributed enormously to my understanding, appreciation and enjoyment of our profession.

3.         What’s one blog, website, or Twitter account that you can’t go one day without checking?

www.theguardian.com. A wonderful non-paywalled news source.

4.         What’s one piece of advice you’d give to someone looking to break into the legal information industry?

Join and participate in CALL! It will provide you with multiple avenues to learn about the profession (e.g. through the mentorship program and the New Law Librarians’ Institute) and to make contacts in the industry.

5.         What is one thing people would be surprised to know about you?

I have a petanque court in my back yard. A word of advice – if you purchase petanque balls in France, don’t try to bring them back with you in your carry-on luggage!

Iain Sinclair, Gestionnaire des Connaissances | Stewart McKelvey

1.         Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégré au secteur de l’information juridique.

J’ai fait mes études à l’Université de King’s College, dans ma ville natale de Halifax, où j’ai obtenu un baccalauréat en économie et en sciences politiques. Après avoir travaillé et voyagé pendant quelques années, je me suis inscrit à la Faculté de droit de l’Université de Toronto. Une fois mon diplôme en poche, j’ai travaillé pendant quelques années dans un cabinet d’avocats sur Bay Street. Cependant, je me suis rendu compte que la pratique privée n’était pas une vie qui me convenait. Au cours de mes études de premier cycle, j’avais travaillé dans des bibliothèques universitaires ainsi qu’à la Bibliothèque provinciale de la Nouvelle-Écosse avant d’entrer à la faculté de droit et j’aimais beaucoup ce milieu. J’ai donc décidé de retourner aux études pour obtenir un diplôme en bibliothéconomie de l’Université de Sheffield. Je travaillais à la bibliothèque Patrick Power de l’Université Saint Mary’s, à Halifax, depuis près d’un an lorsqu’un ami m’a informé qu’un poste de bibliothécaire était ouvert à la bibliothèque du cabinet d’avocats Stewart McKelvey à Saint John. Comme je souhaitais mettre ma formation juridique en pratique dans un milieu de bibliothèque, j’ai postulé et j’ai décroché l’emploi. Je travaille maintenant chez Stewart McKelvey depuis plus de 21 ans.

2.         En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (p. ex. bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

En tant que seul bibliothécaire où je travaille et seul bibliothécaire de droit en cabinet privé au Nouveau-Brunswick, j’ai eu la chance de pouvoir compter sur Cyndi Murphy, une collègue et mentor qui travaille à notre bureau de Halifax. Elle avait veillé à ce que la description d’emploi de mon poste comprenne le paiement de l’adhésion à l’ACBD et des frais de participation au congrès annuel par le cabinet. Le premier congrès de l’ACBD auquel j’ai assisté était à Hamilton, où se déroulera le congrès 2020, et j’y ai rencontré des gens avec qui je suis toujours en contact aujourd’hui, tant sur le plan professionnel que personnel. L’ACBD m’a été indispensable pour établir un réseau de contacts avec d’autres professionnels de l’information juridique. Ce réseau m’a permis de répondre à des critères de rendement dans mon travail qui autrement auraient été hors d’atteinte. En plus des liens personnels tissés grâce à l’ACBD, ma participation aux congrès annuels m’a grandement aidé à me perfectionner sur le plan professionnel. Les divers postes de bénévolat occupés à l’ACBD, notamment au sein de divers groupes d’intérêt spécial, de comités et du conseil d’administration, ont aussi énormément contribué à ma compréhension et mon appréciation de notre profession et au plaisir d’exercer ce métier.

3.         Quel est le blogue, le site Web ou le compte Twitter dont vous ne pouvez vous passer pendant une journée?

Le site www.theguardian.com qui est une merveilleuse source d’information gratuite. 

4.         Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui cherche à percer dans l’industrie de l’information juridique?

Adhérez à l’ACBD et participez aux activités! L’association vous fournira de multiples occasions pour vous familiariser avec la profession (par l’entremise du programme de mentorat et de l’Institut pour les nouveaux bibliothécaires de droit par exemple) et faire des contacts dans le domaine. 

5.         Qu’est-ce que les gens seraient surpris de savoir de vous?

J’ai un terrain de pétanque dans ma cour. Un petit conseil : si vous achetez des boules de pétanque en France, n’essayez pas de les ramener dans votre bagage à main!

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
1 Eglinton Avenue East, Suite 705, Toronto, ON     M4P 3A1   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software