• Home
  • About
  • Blog
  • Project Profile: Editing the Canadian Law Library Review/Revue canadienne des bibliothèques de droi

Project Profile: Editing the Canadian Law Library Review/Revue canadienne des bibliothèques de droi

27 Mar 2020 7:37 PM | Stef Alexandru (Administrator)

version française ci-dessous.

Project Profile: Editing the Canadian Law Library Review/Revue canadienne des bibliothèques de droit

Nikki Tanner, Reference/Instruction Librarian | Gerard V. La Forest Law Library, University of New Brunswick and Editor, Canadian Law Library Review


1.       What is the mandate of the CLLR?

Canadian Law Library Review/Revue canadienne des bibliothèques de droit is the official publication of CALL/ACBD. We publish news, developments, articles, reports, and reviews of interest to legal information specialists in Canada and abroad. We also publish surveys and statistical reviews prepared by CALL/ACBD’s various committees and special interest groups; updates from smaller, regional law library groups; and the proceedings of our annual conference.
2.       What are your responsibilities as the editor in chief of the Canadian Law Library Review?

For every issue, column editors and feature article editors send me their content in Word files, which I edit, then send to my associate editor for another edit. When she is finished, I give them another read and then send the files to our liaison at the CALL/ACBD head office. He takes care of translation and sends the files to our designer. Once the designer has compiled the content into a PDF draft of the issue, my associate editor and I do another round of proofreading and ensure that the layout isn’t wonky (weird spaces, no space where it should be, etc.). Then, I do 2–4 more passes on the PDF until I’m satisfied. I’ve always loved editing and read grammar books for fun, so I almost always find tiny mistakes to fix, but eventually I have to cut myself off and let it go into the world, otherwise we’d never have an issue!

I also write a letter from the editor for each issue, and that’s the hardest part of the whole process sometimes. It can be difficult to think of something new to say four times a year! Luckily, we publish fantastic and engaging feature articles, so I can draw from those.

Other than the copy editing, I do two reports per year for the executive, prepare a yearly budget, recruit new people for the editorial board when necessary, and think of ideas to improve or add columns. I have a few ideas, some of which our editor emerita/associate editor, Susan Barker, handed down to me. So far they have mostly been plans and not yet action, but I am working to carve out the time needed to follow through.
3.       What skills have you or are you developing through your work?
One of the biggest things I’ve had to learn is to let things go. In university, I picked apart my papers several times before passing them in, and if given the chance I’d spend my life rereading each issue. But I’ve learned that perfectionism isn’t my friend, so I’ve calmed down a bit (even though what I wrote above doesn’t necessarily show it).

I’ve also learned to trust my instincts more. I’m still a new law librarian, having started at Dalhousie in September 2015 and moving to UNB in July 2016. So I’ve had to deal with imposter syndrome a lot, but I’ve gotten better.
4.       What lessons have you learned?

I covered this a bit above, but I also learned not to worry if I don’t know something. I mentioned learning to trust my instincts, but I also had to trust that it was okay to not know or understand something and to just ask questions. After all, I’m constantly telling my students to come to me immediately if they can’t find something and not to suffer through hitting research walls, so I learned to take my own advice.
5.       What challenges have you encountered?

The most challenging aspect is the time it takes to edit and produce an issue, coupled with the fact that when I’m at work I’m on reference duty all day, every day (my office is in the library, not out back, and my door is always open to students). It can be tough to get things done during the school year; the summer is much better as there aren’t as many students around.
Another challenge has been keeping up with all the little things the editor does that I’m often unaware of until they come up (i.e., the first time I had to prepare a budget or November report). Luckily, I have Susan Barker to help with all that fun stuff.

6.       Do you have tips for library professionals considering getting involved in editorial work? Why might someone want to be involved?

I suggest learning more about writing, grammar, and punctuation. You’ll learn by doing, but it helps to know these things beforehand. Also, read articles, essays, professional blog posts, etc., to get a feel for how to organize content and strengthen arguments. And please, memorize your McGill Guide!

Being involved with CLLR keeps you on the cutting edge of what’s happening in the law library world in Canada and beyond. I know that I’ve personally learned a lot over the years from the great content provided by our amazing editorial team, without whom I’d be lost. Depending on what you’re in charge of, you’ll learn about new research (features editor), new books (book review editors), what colleagues are doing in different parts of the country (local and regional updates editor), the latest research being published elsewhere (bibliographic notes editor), and new research products and tools (advertising manager). You’ll also form relationships with legal information specialists and librarians from all over the country. And it looks great on your CV!

If you’re interested in joining the CLLR team, keep your eyes open for calls for volunteers on the CALL-L listserv. Or, you can contact me and I’ll keep you in mind when we have an opening. I became editor by reaching out to Susan Barker when she was running the show to see if there were any openings on the editorial board. I had previous publishing experience, so she brought me on as associate editor with the plan to transition into editor the following year. So don’t hesitate to reach out!


Profil de projet: La rédaction de la Canadian Law Library Review/Revue canadienne des bibliothèques de droit

Nikki Tanner, bibliothécaire de référence | Bibliothèque de droit Gerard V. La Forest, Université du Nouveau-Brunswick et Rédactrice en Chef, Revue canadienne des bibliothèques de droit


1.       Quel est le mandat de la RCBD?

La Canadian Law Library Review/Revue canadienne des bibliothèques de droit est la publication officielle de l’ACBD/CALL. Nous publions des nouvelles, des récents développements, des articles, des rapports et des études susceptibles d’intéresser les spécialistes de l’information juridique au Canada et à l’étranger. Nous publions également des enquêtes et des études statistiques préparées par les différents comités et groupes d’intérêt spécial de l’ACBD/CALL, des nouvelles des groupes régionales de bibliothèques de droit ainsi que les actes de notre congrès annuel.

2.       Quelles sont vos responsabilités en tant que rédactrice en chef de la RCBD?

Pour chacun des numéros publiés, les équipes de rédaction des chroniques et des articles de fond m’envoient les textes en fichiers Word afin que je les révise. J’achemine ensuite les fichiers à ma rédactrice adjointe pour une deuxième révision. Une fois qu’elle a terminé, je fais une dernière lecture et j’envoie les fichiers à notre agent de liaison au bureau de l’ACBD/CALL. Ce dernier s’occupe de faire traduire les textes et envoie les fichiers à notre graphiste. Une fois que le visuel est conçu, la première ébauche est sauvegardée en format PDF. Mon adjointe et moi procédons à une correction d’épreuves afin de nous assurer que la mise en page est exempte de coquilles (p. ex., espaces bizarres ou manquantes). Ensuite, je peux relire de deux à quatre fois la version PDF jusqu’à ce que je sois satisfaite. Comme j’ai toujours adoré lire des livres de grammaire et rédiger pour le plaisir, je trouve presque toujours des petites coquilles à corriger. Mais je dois éventuellement m’arrêter et accepter de sortir le numéro, sinon nous n’aurions jamais de revue!

Je rédige également un mot de la rédaction pour chaque numéro, et cela se révèle parfois la partie la plus difficile de tout le processus. Ce n’est pas facile de penser à quelque chose de nouveau à dire quatre fois par année! Heureusement, comme nous publions des articles de fond intéressants et formidables je peux m’en inspirer.

Outre mes tâches de révision, je rédige deux rapports par année pour le conseil exécutif, je prépare un budget annuel, je recrute de nouvelles personnes pour le comité de rédaction, s’il y a lieu, et je réfléchis à des façons d’améliorer les chroniques ou en ajouter. J’ai déjà quelques petites idées, dont certaines m’ont été transmises par notre rédactrice émérite et rédactrice adjointe Susan Barker. Ces projets sont encore au stade de planification, mais j’essaie de trouver le temps nécessaire pour y donner suite.

3.       Quelles compétences avez-vous acquises ou améliorées dans le cadre de votre travail?

L’une des principales choses que j’ai dû apprendre est de lâcher prise. Lorsque j’étais étudiante à l’université, je décortiquais mes travaux plusieurs fois avant de les remettre. Et si on me donnait l’occasion maintenant, je passerais ma vie à relire chaque numéro. Mais j’ai appris que le perfectionnisme est plutôt mon ennemi, alors je me suis un peu calmée (même si ce que j’ai écrit ci-dessus ne semble pas forcément le démontrer).

J’ai aussi appris à faire davantage confiance à mon instinct. Je suis encore une nouvelle bibliothécaire de droit, ayant commencé à travailler à l’Université Dalhousie en septembre 2015, puis à l’UNB depuis juillet 2016. J’ai donc dû surmonter le syndrome de l’imposteur à plusieurs reprises, mais je m’améliore.
4.       Quelles leçons avez-vous tirées de votre expérience?

J’ai déjà abordé un peu ce sujet plus haut, mais j’ai aussi appris à ne pas m’en faire si je ne sais pas quelque chose. J’ai mentionné que j’avais appris à me fier à mon instinct, mais j’ai aussi dû me convaincre qu’il est acceptable de ne pas comprendre ou savoir quelque chose et de se contenter de poser des questions. Après tout, je dis continuellement à mes étudiants de venir me voir immédiatement s’ils ne trouvent pas quelque chose plutôt que d’attendre de frapper un mur, alors j’ai appris à suivre mes propres conseils.
5.       Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez dû faire face?

L’aspect le plus difficile est de trouver le temps qu’il faut pour réviser et produire un numéro, car lorsque je suis au travail, je dois offrir des services de référence en tout temps (mon bureau est dans la bibliothèque, non pas dans un recoin, et ma porte est toujours ouverte aux étudiants). C’est parfois difficile d’accomplir des choses pendant les semestres d’automne et d’hiver, mais c’est plus facile l’été parce qu’il y a moins d’étudiants dans les parages.

Un autre défi est de me familiariser avec toutes les petites choses que je dois faire dans mes fonctions et que j’ignore jusqu’à ce qu’elles se pointent (comme la première fois où j’ai dû préparer un budget ou le rapport de novembre). Heureusement, je peux compter sur Susan Barker pour m’aider à faire toutes ces choses amusantes.
6.       Avez-vous des conseils à donner aux professionnels en bibliothéconomie qui aimeraient s’impliquer dans des travaux de rédaction? Pourquoi une personne voudrait-elle s’impliquer?

Je suggère d’en apprendre davantage sur les mécanismes de rédaction et les règles de grammaire et de ponctuation. Même si on apprend par la pratique, il est utile de connaître ces notions avant. Je recommande aussi de lire des articles, des essais et des billets de blogue professionnel pour comprendre comment on peut organiser le contenu et renforcer les arguments. Et surtout, il ne faut pas oublier de mémoriser le guide McGill!

En s’impliquant dans la RCBD, cela permet de rester à l’affût de ce qui se passe dans le monde des bibliothèques de droit au Canada et à l’étranger. Je sais que j’ai personnellement beaucoup appris au fil des ans grâce à l’excellent contenu fourni par notre formidable équipe de rédaction, sans qui je serais perdue. Selon les responsabilités exercées, on apprend à connaître les nouvelles recherches (rédaction des chroniques), les nouveaux ouvrages (rédaction des comptes rendus de lecture), ce que font nos collègues dans les différentes régions du pays (rédaction des nouvelles régionales), les dernières recherches publiées ailleurs (rédaction des chroniques bibliographiques) et les nouveaux produits et outils de recherche (responsable de la publicité). Cela permet également de nouer des relations avec des spécialistes de l’information juridique et des bibliothécaires de tout le pays. De plus, ça paraît très bien sur un curriculum vitae!

Si vous souhaitez vous joindre à l’équipe de la RCBD, surveillez l’appel aux bénévoles dans la liste de discussion CALL-L. Vous pouvez aussi me contacter afin que je vous tienne au courant des postes qui peuvent s’ouvrir. Je suis devenue rédactrice en chef en contactant Susan Barker lorsqu’elle dirigeait l’équipe afin de savoir s’il y avait des postes vacants au sein du comité de rédaction. Comme j’avais déjà de l’expérience dans le domaine, elle m’a offert le poste de rédactrice adjointe en vue de prendre les rênes de son poste l’année suivante. N’hésitez donc pas à nous contacter!
Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
1 Eglinton Avenue East, Suite 705, Toronto, ON     M4P 3A1   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software