Five Questions with Dominique Garingan

18 Dec 2020 10:30 AM | Alexandra Farolan (Administrator)

Dominique Garingan, Library Manager | Parlee McLaws LLP, Calgary

1. Tell us a little about your educational background and how you entered the legal information industry.

My journey to the legal information profession was unanticipated, to say the least. I started with a BA in communications and a minor in journalism. After working in marketing and research for a few years, I wanted a change and was drawn to working and doing research for public/not-for-profit organizations. I applied for and received my first job in the legal field as a Legal Services Officer for the Legal Aid Society of Alberta. This role required meeting with members of the public; conducting intake procedures; opening and shepherding criminal, family, civil, and immigration matters; and acting as liaison for parties and other legal agencies, social supports, and actors in the court system. Though saddening at times, I loved this job as it was here where I began to appreciate the legal system and learn about how it affected various populations, principally marginalized ones.

After a few years, I went on to work as a member of the judicial staff at the Court of Queen’s Bench of Alberta. I worked as the Assistant to Case Management Counsel for Calgary, assisting justices, legal counsel, and parties as they went through the Court’s mandated dispute resolution and case management processes. Being able to see and help administer matters from the perspective of the Court was inspiring. It allowed me to appreciate the rich intricacies of legislation and jurisprudence, along with the court’s role in facilitating access to justice and a bringing parties together through a common understanding of the law. Learning about the evolution of the law through new areas of legal development and the intricate variations of legal matters was also something I found very stimulating. 

Given these experiences, I decided to take up formal legal education. My intention was not to become a lawyer but to study the subject in more detail. At the time, this did not seem like a very practical motive, but I went through with it. I also wanted justification for extensive travel. This is how I ended up doing a joint advanced entry LL.B. / LL.M degree with the University of Liverpool in England. While doing this degree, I spent two summers at the Hague attending summer courses on public and private international law subjects. These grad student years were a wonderful experience. It was then when I was finally introduced to law libraries, the study of legal information services, and the possibility of pursuing law librarianship as a career. While writing my LL.M. dissertation at home in Calgary, I held various concurrent part-time jobs such as teaching with Bow Valley College and the University of Calgary’s Continuing Education Unit and working at the Calgary Public Library as a Library Experience Facilitator. I loved all these roles as they embodied the importance of continued learning and being part of a larger social and academically-minded community that valued access to and evaluation of information and the process of building knowledge within communities.

After finishing my dissertation, and instead of pursuing articles or the NCA accreditation exams, I applied for my first, formal law library role at Parlee McLaws LLP, a regional corporate/commercial mid-sized firm based in Alberta. Although I did not have a traditional MLIS degree at the time (it was still forthcoming), I did have some legal, judiciary, academic, and library experience, and, to my extreme gratitude, was given the job. The rest is recent history. I feel very elated to have found this profession and to have had such wonderful library and non-library colleagues along the way.  

2. How has being involved in CALL helped you professionally?

I have been a member of CALL since March of 2019. This is not a long time, compared to many other members. To me, CALL has been an amazing community of legal information professionals that covers almost all current and emerging aspects of the profession. To this day, I find myself reveling at the work of CALL’s various committees and special interest groups.

During my first year, the CALL Mentorship Program was a wonderful opportunity to get to know a long-serving and recognized member of CALL and discuss many facets of the profession. This was a lovely experience. Being a part of the Canadian Law Library Review Editorial Board has provided an avenue for me to keep abreast with current and emerging issues and dialogues in the legal information profession. Working with members of the CALL Vendor Liaison Committee has helped me learn more about legal technology and gain confidence in terms of communicating and engaging with legal publishers and vendors.

Although I have only been to one in-person conference, the CALL Annual Conferences are a wonderful place to meet fellow peers and immerse one’s self in riveting seminars and learning opportunities. I do find my professional life meaningfully enriched by CALL and hope to continue being a member for years to come.

3. What is one thing that has surprised you about the legal information profession?

Although not surprising, I am constantly in awe and amazement of the people I meet or hear of within the profession. I think CALL members continuously embody the different areas and heights in which you can take the profession. Upon joining CALL, I was also pleasantly surprised by the opportunities for collaboration. Reading about members’ projects and accomplishments is always inspiring, and the collective sharing of achievements make them seem like wins for all legal information professionals. To this day, I am still in awe of how the legal information profession is very multi-faceted. Technology, outreach, research, cataloguing, collections development, research, knowledge management, and the scholarship of teaching and learning are just some of the few areas which you can explore within the discipline.

4. Where do you see our industry and/or profession in 10 years?

I truly think that the outlook for the legal information industry is a positive one, and that areas of evolution, especially in legal information technology, are only limited by one’s imagination. I think that much of the legal information profession will depend on what its members decide to do and make of it, as some may be in unique positions to shape their roles and integrate them with emerging areas. It is not difficult to imagine quantitative and qualitative legal data analytics, legal information technology, and AI settling themselves in areas like legal research, dispute resolution, drafting, discovery, and competitive intelligence. Given the collaborative opportunities with other disciplines such as teaching and learning, data science, programming, marketing, publishing, and access to justice, many of the boundaries that used to define the profession may shift and blur at an even greater rate.

Alongside the profession’s evolution, I can also foresee some legal information retrospectives. Championing legal information literacy, access to information, and research ethics will always be pertinent, and one of the characteristics of the legal information profession that resonates with me is the seemingly equal importance of looking back and looking at where things are going. As much as it may seem great to go wild with what the prevalence and ubiquity of legal data and technology can or will be accomplishing ten years from now, I think that those in the profession will always have a duty to critically reflect on the benefits and drawbacks of resulting applications and developments. As a legal information professional, it’s an exciting role to play, being on that edge.

5. What is one piece of advice you would give to someone looking to break into the legal information industry?

Find and appreciate the beauty and intricacies of the law and stay curious about as many aspects of the legal information profession as you can. :-) Build relationships with and foster genuine caring for the patrons and information consumers served by your organization. Also, reach out to and learn from peers and colleagues. Don’t be afraid to volunteer your help, participate in projects, and learn along the way!

Member Profile nominations and Project Profile ideas are welcome for 2021. Please email Alexandra Farolan at afarolan@courthouselibrary.ca for more information, ideas, and nominations.

1. Parlez-nous un peu de vos antécédents scolaires et de la manière dont vous vous êtes intégrée au secteur de l’information juridique.

Mon parcours vers la profession de bibliothécaire juridique était tout à fait insoupçonné. Mes études ont d’abord mené à l’obtention d’un baccalauréat en communication avec une mineure en journalisme. Après avoir travaillé dans le domaine du marketing et des études de marché pendant quelques années, je voulais un changement et j’étais attirée par le travail et la recherche au sein d’un organisme sans but lucratif du secteur public. J’ai obtenu mon premier emploi dans le domaine juridique en tant que responsable des services juridiques pour la Legal Aid Society of Alberta. Mes fonctions consistaient à rencontrer des membres du public, à effectuer des procédures d’admission, à ouvrir et orienter les dossiers en matière d’affaires criminelles, familiales, civiles et d’immigration, ainsi qu’à assurer la liaison entre les parties et les autres organismes juridiques, les services de soutien social et les acteurs du système judiciaire. Même si certaines situations étaient attristantes, j’ai bien aimé ce travail puisque c’est pendant cette période que j’ai commencé à apprécier le système juridique et à apprendre comment il pouvait affecter diverses populations, principalement les marginaux.

Après quelques années, j’ai accepté un poste au sein du personnel judiciaire de la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta. J’ai travaillé comme adjointe au service de gestion des dossiers de Calgary, en aidant les juges, les avocats et les parties dans le cadre des processus de règlement des litiges et de gestion des cas mandatés par la Cour. Le fait d’être en mesure de voir et d’aider à gérer les dossiers du point de vue de la Cour a été une source d’inspiration. Cela m’a permis d’apprécier la richesse et la complexité des lois et de la jurisprudence, ainsi que le rôle du tribunal pour faciliter l’accès à la justice et rapprocher les parties grâce à une compréhension commune de la loi. Apprendre à connaître comment le droit a évolué à travers les nouveaux secteurs du droit et les questions juridiques complexes et variées a également été quelque chose que j’ai trouvé très stimulant.

Ces expériences m’ont donné le goût de faire des études en droit. Mon but n’était pas de devenir avocate, mais je voulais approfondir ce domaine. Même si cette raison ne semblait pas très pratique à ce moment-là, je suis allée jusqu’au bout. Je cherchais également à justifier mon long voyage à l’étranger. C’est ainsi que j’ai abouti dans le programme combiné de 1er cycle et de 2e cycle en droit à l’Université de Liverpool, en Angleterre. Au cours de ces études, j’ai passé deux étés à La Haye pour suivre des cours d’été en droit international des secteurs privé et public. J’ai vécu une expérience formidable pendant ces années. C’est aussi pendant cette période que j’ai découvert les bibliothèques de droit, les services de l’information juridique et la possibilité de faire carrière en bibliothéconomie juridique. Pendant que je rédigeais ma thèse de maîtrise en droit chez moi, à Calgary, j’ai occupé différents emplois à temps partiel en même temps, comme donner un cours au Bow Valley College et au service d’éducation permanente de l’Université de Calgary, et j’ai travaillé à la bibliothèque publique de Calgary en tant que facilitatrice de l’expérience en bibliothèque. J’ai adoré tous ces rôles puisqu’ils incarnent l’importance de la formation continue et de l’appartenance à une communauté sociale et universitaire plus large qui valorise l’accès à l’information et l’évaluation de cette information, ainsi que le processus de construction du savoir au sein des communautés. Après avoir terminé ma thèse, et au lieu de continuer à rédiger des articles ou de faire l’examen d’agrément du Comité national sur les équivalences des diplômes de droit, j’ai postulé pour mon premier emploi officiel de bibliothécaire juridique chez Parlee McLaws LLP, un cabinet d’avocats de moyenne envergure œuvrant en droit commercial et droit des sociétés en Alberta. Même si je n’avais pas encore de diplôme officiel en bibliothéconomie et science de l’information (l’équivalence du diplôme était encore à venir), j’avais acquis une certaine expérience dans les milieux juridiques, judiciaires, universitaires et de bibliothèques et on m’a confié le poste à mon immense gratitude. Le reste fait partie de l’histoire récente. Je suis ravie d’avoir trouvé cette profession et d’avoir rencontré de formidables collègues bibliothécaires et d’autres domaines tout au long de mon parcours. 

2. En quoi votre adhésion à l’ACBD/CALL vous a-t-elle été utile sur le plan professionnel (p. ex. bourses et subventions, formation continue, réseautage)?

Je suis membre de l’ACBD/CALL depuis mars 2019. Cela ne fait pas très longtemps comparativement à bien d’autres membres. Pour moi, l’ACBD/CALL constitue une merveilleuse communauté de professionnels de l’information juridique qui couvre presque tous les aspects actuels et émergents de la profession. Je suis très contente du travail accompli par les différents comités et groupes d’intérêt spécial de l’association. Au cours de ma première année d’adhésion, le programme de mentorat a été une merveilleuse occasion pour moi de faire la connaissance d’un membre reconnu siégeant à différents comités de l’ACBD/CALL depuis longtemps, et de discuter des nombreuses facettes de la profession. Ce fut une très belle expérience. Faire partie du comité de rédaction de la Revue canadienne des bibliothèques de droit m’a permis de me tenir au courant des questions et des dialogues actuels et émergents au sein de la profession. Travailler avec les membres du comité de liaison avec les éditeurs de l’ACBD/CALL m’a aussi permis d’en apprendre davantage sur la technologie juridique et de gagner en confiance pour communiquer et établir des liens avec les éditeurs et les fournisseurs juridiques. Même si je n’ai assisté qu’à un seul congrès en personne, le congrès annuel de l’ACBD/CALL représente un excellent événement pour rencontrer des pairs et s’immerger dans des activités de formation et de séminaires fascinants. Je trouve que ma vie professionnelle a été enrichie grâce à l’ACBD/CALL, et je compte continuer à être membre pendant de nombreuses années.

3. Qu’est-ce qui vous a surprise dans le domaine de l’information juridique?

Quoique pas surprenant, je suis toujours impressionnée et pleine d’admiration devant les personnes que je rencontre ou dont j’entends parler au sein de la profession. Je pense que les membres de l’ACBD/CALL incarnent continuellement les différents domaines et les nouveaux sommets où nous pouvons amener la profession. En me joignant à l’association, j’ai également été agréablement surprise par les possibilités de collaboration. La lecture des projets et des réalisations des membres est toujours une source d’inspiration, et le partage collectif des réalisations les fait paraître comme des victoires pour tous les professionnels de l’information juridique. Je suis toujours aussi fascinée par les multiples facettes de la profession de l’information juridique. La technologie, la communication, la recherche, le catalogage, le développement des collections, la gestion du savoir, l’enseignement et l’apprentissage ne sont que quelques-uns des domaines que nous pouvons explorer au sein de cette discipline.

4. Où voyez-vous notre industrie et/ou la profession dans dix ans?

Je pense vraiment que les perspectives du secteur de l’information juridique sont positives et que les domaines d’évolution, en particulier celui des technologies de l’information juridique, ne sont limités que par l’imagination. Je pense qu’une grande partie de cette profession dépendra de ce que ses membres décideront de faire et de l’utilisation qu’ils en feront puisque certains se trouvent dans des postes influents pour redéfinir leur rôle et l’intégrer à des domaines émergents. On peut facilement imaginer que l’analyse quantitative et qualitative des données juridiques, les technologies de l’information juridique et l’IA s’implanteront dans les domaines comme la recherche juridique, le règlement des litiges, la rédaction, la divulgation et l’intelligence concurrentielle. Étant donné les possibilités de collaboration avec d’autres disciplines (p. ex., l’enseignement et l’apprentissage, la science des données, la programmation, le marketing, l’édition et l’accès à la justice), de nombreux champs d’exercice qui définissaient la profession peuvent changer et provoquer un flou à un rythme encore plus rapide.

Parallèlement à l’évolution de la profession, je peux également anticiper un regard rétrospectif sur l’information juridique. Il sera toujours pertinent de défendre les notions de l’information juridique, l’accès à l’information et l’éthique de la recherche. Notamment, l’une des caractéristiques de la profession qui m’interpelle est l’égale importance en apparence de regarder dans le passé et de se demander vers où l’on s’en va. Même si cela peut sembler très intéressant de se laisser aller avec ce que peut accomplir la prévalence et l’omniprésence des données et des technologies juridiques en ce moment ou ce qu’elles pourront accomplir dans dix ans, je pense que les membres de la profession auront toujours le devoir d’examiner de manière critique les avantages et les inconvénients des applications et des développements qui en découlent. En tant que professionnels de l’information juridique, c’est un rôle passionnant à jouer que d’être à l’avant-garde.

5. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui cherche à percer dans l’industrie de l’information juridique?

Découvrez et appréciez la beauté et les subtilités du droit et intéressez-vous au plus grand nombre possible de facettes de la profession. :-) Établissez des relations avec les clients et les consommateurs d’informations desservis par votre organisation et ayez véritablement à cœur leurs besoins. Aussi, communiquez avec vos pairs et collègues et apprenez d’eux. N’hésitez pas à offrir votre aide, à participer à des projets et à apprendre en cours de route!

Please send comments or questions to office@callacbd.ca - © 1998-2018 Canadian Association of Law Libraries
1 Eglinton Avenue East, Suite 705, Toronto, ON     M4P 3A1   647-346-8723
This website is best viewied in Firefox or Google Chrome.
Powered by Wild Apricot Membership Software